Fiche n° 518 : La Furie des Dragons (La Guerre de la Couronne 2) de Michael Stackpole

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
furie_dragons.jpg

Résumé :

Les armées de Chytrine déferlent. Vivants et morts ravagent royaumes et cités dans leur quête des fragments de la Couronne du Dragon qui, une fois recomposée, rendra l’impératrice invincible.
Face à elle se dresse la belle et audacieuse Alexia, princesse d’Okrannel, entourée de héros inattendus : Résolu, un Vorquelfe exilé décidé à se venger, Kerrigan Reese, un mage doté d’un pouvoir incertain, et enfin, le jeune Will, voleur orphelin des bas-fonds qui pourrait réaliser une ancienne prophétie… ou en être la victime innocente.
Leur seul atout : un fragment vital de la Couronne du Dragon et… tout leur courage ! Mais est-ce assez pour freiner la terrifiante horde surgie des ténèbres ?

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=35916

Mon avis :
Après la fin époustouflante du premier tome, on pouvait légitimement imaginer que Mickael Stackpole continuerait sur sa lancée avec un récit enlevé. Il n’en est rien. L’auteur américain a pris le parti de calmer le jeu pour mieux jeter les bases de cette suite. Ainsi, passé un premier chapitre qui résume, dans les grandes lignes, le précédent épisode - une piqûre de rappel plutôt bienvenue si l’on considère tout ce qui s’y était passé, Stackpole entreprend de reconstruire patiemment son intrigue. Sur les acquis développés dans Forteresse Draconis, il tisse de nouvelles trames et introduit de nouveaux protagonistes tout en n’oubliant pas de poursuivre l’évolution des autres. Qu’ils se nomment Will, Kerrigan et même Corbeau - pâle copie d’un certain Aragorn, tous gagnent en maturité et en épaisseur et c’est avec un réel plaisir que l’on les voit prendre en main leur destinée ou prendre place dans la tapisserie dessinée par quelque prophétie.

Si vous ne l’aviez pas encore deviné, l’auteur nous a refait le coup du premier tome - les petits défauts en moins. Peu à peu, le rythme s’accélère, et au trot du début succède un galop mené à brides abattues ; le dernier tiers n’est rien moins qu’ébouriffant avec de superbes scènes de batailles, qui alternent entre des combats épiques où les guerriers tombent aussi sûrement que les châteaux et des zooms presque cinématographiques sur des « scénettes » tout aussi vivantes ; par exemple, un duel entre des personnages plus importants.  Après la plume de Tolkien, c’est peut-être bien la caméra de Peter Jackson qui a inspiré l’auteur dans l’élaboration - la mise en scène serait-on presque tenté de dire – de son histoire. Loin de s’en plaindre, on ne peut qu’applaudir.

A ce niveau, la (jolie) couverture, que l’on soupçonnerait tirée de la trilogie du néozélandais, illustre parfaitement la trilogie : elle donne à voir une fantasy traditionnelle, très inspirée par Tolkien, mais franchement réussie dans son genre, bref, tout ce qu’est la série de Stackpole, dans ses qualités comme dans ses défauts.

8/10 A tout point vue mieux calibré mais toujours aussi classique (finalement, c'est le seul reproche que l’on peut adresser à la série), La Furie des Dragons laisse présager d’une fin que l’on espère en apothéose. Et c’est peut-être là toute la réussite de ce second tome, c’est que l’on y croit. Fort.

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article