Fiche n° 507 : Messire Guillaume de De Bonneval et Bonhomme

Publié le par C...

Couverture :
messire-guillaume.jpg
Résumé :
Guillaume de Saunhac n'a jamais pu accepter la mort de son père. Et lorsque sa mère accepte la proposition d'union de messire de Brifaut, il vit mal les perspectives de compagnie de ce beau-père si peu apprécié. Le jour du départ pour leur nouvelle demeure, sa sœur, Hélis, disparaît. Les hommes de Brifaut partent à sa recherche, en vain. Leur mère, Philomène, est inquiète, car la région grouille de dangereux pillards. Guillaume, lui, est déchiré : son devoir est-il de suivre sa mère ? De rechercher sa sœur ? Devait-il la croire lorsqu'elle affirmait que leur père n'était pas mort ?... Guillaume doute, et choisit finalement de retrouver Hélis. Avant de partir, il remplit sa besace d'ingrédients médicinaux qu'il prend dans le laboratoire paternel. Herboriste, son père les utilisait pour soigner les gens par magie blanche.
Après avoir échappé aux hommes de Brifaut et à de cruels mercenaires, Guillaume fait la rencontre inattendue d'un chevalier solitaire et bienveillant qui accepte de l'aider : de Brabançon. Au fil des jours, Guillaume se découvrira des aptitudes étonnantes. Tout au long du voyage, apparaîtront des présages qui l'encourageront à persévérer. De plus en plus étranges, de plus en plus difficiles à croire.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=34978

Mon avis :
       Quelque part en Europe, au beau milieu de l'époque médiévale. Le père de Guillaume est mort récemment. Sa mère vient de se remarier avec un notable nommé Brifaut. Sa soeur, qui partageait le don de son père pour la médecine occulte, a disparu, alors que la famille déménage aujourd'hui. Alors que toutes les troupes sont mobilisées pour la retrouver, Guillaume décide de partir seul, chez sa tante, où il pense qu'elle est venue se réfugier. En chemin, il rencontre le chevalier de Brabançon, qui l'escorte jusqu'à elle. Mais celle-ci les oriente vers une toute autre quête, celle de son père, qui attendrait sa venue dans les terres lointaines...

       Bien que l'époque soit clairement définie, il n'a pas été pour autant nécessaire de préciser un lieu, ou une date. Non, avec Messire Guillaume, tout semble ne fonctionner que par subtilité, par mystère aussi. Faire comprendre les choses sans les nommer, tout en laissant la possibilité, à chaque instant, que celles-ci soient toutes autres.

       Tout d'abord, cette quête initiatique, vers sa soeur au départ, puis vers son père, qui est sensé être mort et que seule une tante un brin sorcière semble penser en vie. Où se trouve-t-il ? Que sont ces contrées ? Existent elles ? Bref, à aucun moment on ne se trouve face à des faits établis, des certitudes. Ce voyage pourrait très bien être vain, il n'en demeure pas moins magique.

       La magie elle aussi a d'ailleurs sa place dans Messire Guillaume, bien qu'elle aussi, au risque de me répéter, flirte avec l'indéfinissable. Le père était il sorcier, fou ou juste médecin ? Etait ce bien sa tante Ysane que Guillaume a vu voler dans les airs ou juste un oiseau ? Bref, avec Messire Guillaume, pas de discours arrêté, juste une touche de féérie.

       Et même quand, au cours de ses pérégrinations, il débarque dans un monde fantastique, au bestiaire étrange (composé de créatures sans tête, de dauphins à tête humaine, de cyclopes et autres centaures...), on ne peut dire s'il a pénétré dans l'Au-delà, s'il rêve, ou si ces monstres et ce continent existent réellement.

       Au sein même de l'équipe, on est en mesure de se poser plein de questions. Quel passé torturé cache le chevalier de Brabançon ? Quels sont les rôles de Brifaut et de la mère dans la mort du père ? Cette chèvre en est elle vraiment une ? Une équipe originale donc, composée de personnages qui gagnent tous, de manière très progressive, en profondeur et en complexité. Un peu comme cette histoire en somme. Simple, intrigante, mise en place superbement par une introduction magistrale, qui devient à chaque instant plus prenante, plus captivante.

       Pour finir, j'aimerais juste m'attarder sur l'objet en lui-même. Une intégrale petit format, qui coupe les pages en deux sans que cela pose le moindre problème (vue la construction du format originel), un noir et blanc sublime, qui met parfaitement en valeur cette histoire et la fait gagner d'avantage en intensité, tout en sublimant les dessins (d'autant que le seul bémol de cette série était pour moi, à la base, les couleurs, qui manquaient un peu de nuance). Juste un léger point négatif, en plus du prix. Le fait de donner à cette intégrale un autre nom que Messire Guillaume peut faire penser, à qui ne fait pas attention, qu'il s'agit d'une oeuvre originale. Et j'ai bien peur que cela soit un choix éditorial délibéré...


9/10  Une histoire merveilleuse, une fabuleuse quête initiatique dans un monde médiéval, teinté de magie et de mystères. L'objet en lui-même est comme son contenu : superbe et original.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

C... 25/01/2010 20:11


Surtout que cette intégrale est vraiment de belle facture, et qu'elle apporte vraiment un plus par rapport à l'original(e)... Ce que je critiquais était plutôt le changement de nom, du moins sur la
couverture, qui frise quand même la roublardise ;-)


kanux 25/01/2010 13:54


Oui, mais cette BD n'a jamais eu le succès qu'elle méritait... pour une fois, je suis pas contre l'esprit retors des éditeurs^^