Fiche n° 495 : Natty de Corbeyran et Melvil

Publié le par Cyrielle

Couverture :
natty.jpg

Résumé :

Natty, jeune princesse de la caste fleurie, rêve de sortir de son palais pour découvrir le monde. Alors que sa mère l’oblige à choisir un époux parmi deux prétendants, elle s’enfuit et se voit contrainte de vivre au milieu des intouchables. Alors que la curieuse maladie qui les touche l’atteint peu à peu, elle rencontre Sami, charmant dealer débrouillard…

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=28179
Tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30497
Intégrale : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=35784

Mon avis :
       Dans l’ensemble, l’histoire est assez basique. Déjà vue, même. Une belle princesse orientale mène une existence dorée dans un somptueux palais, mais rêve de découvertes et d’aventures. Se mêler au peuple lui est interdit, mais elle défie les règles et se retrouve plongée au cœurs d’un univers inconnu et hostile. Tiens, ce n’est pas comme ça que commençait « Aladdin » ? Et c’est également de cette façon que démarre la légende de Siddhârta, prince Indien qui, suite à son exil, devint Gautama Bouddha, fondateur du bouddhisme. Les bases du scénario semblent donc encrées dans la plus pure tradition indienne… Avec tous ces éléments qui, aujourd’hui encore, sont propres à leur culture : castes, intouchables, animaux sacrés, croyance en la réincarnation… Et la lèpre, maladie inquiétante et isolatrice.

       Natty, l’héroïne, va par son expérience découvrir la cause de la maladie qui ronge la caste inférieure, et comprendre que la peur ressentie par les nobles à leur égard n’est due qu’à d’anciennes légendes. Elle va se battre pour retourner dans son palais, tout en empêchant la guerre dévastatrice que son refus de mariage à engendrée, aidée dans son entreprise par un jeune homme dont elle tombe amoureuse… Bien sûr, le scénario est mignon, avec tous les ingrédients du conte pour enfant réussi. Rien de très novateur, mais rien de trop naïf ou mielleux non plus. Bref, une jolie petite histoire sans prétention qui parvient à nous accrocher jusqu’à la dernière page !

       D’un point de vue graphique, le trait maîtrisé et les ambiances colorées lumineuses sont très plaisants, du début à la fin. Les planches sont aérées et claires, les textes ne sont pas prédominants, et se plonger dedans est un régal. On note à plusieurs reprises l’influence du manga, qui ne gâche rien. Le mérite est partagé entre Melvil, dessinateur à suivre, et Kness, coloriste de talent déjà remarquée dans Butch Cassidy, Le monde de Lucie ou les Contes de Brocéliande notamment.

       Les 160 pages de cette intégrale (qui réunie les deux tomes de la série) se lisent à une vitesse incroyable, sans une seconde d’ennui, et ce même si le public initialement visé ne dépasse sûrement pas la douzaine d’année. Car après tout, et quel que soit notre âge, il n’y a pas de mal à se faire du bien ! À réserver tout de même aux fans de contes en tout genre, et à ceux qui s’émerveillent des histoires qui finissent bien.

9/10 Quand une jolie princesse rencontre un jeune paria… Corbeyran se risque à ce scénario maintes fois revisité, et s’en sort à merveille. Une petite parenthèse pleine de fraîcheur et de poésie, dans ce monde de brutes ! Pour les petits et grands enfants.

Cyrielle...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Eric 13/01/2010 22:20


C'est beau, magique et vraiment réussi, pas de doute cette BD en charmera quelques uns ;o)