Fiche n° 476 : Parasite - tome 1 de Hitoshi Iwaaki

Publié le par L'ex d'ici et d'à côté

Couverture :
parasite.jpg

Résumé :
De mystérieuses sphères abritant des parasites se répandent un peu partout sur Terre. Rapidement, les entités prennent possession du cerveau de certains habitants. Nul ne sait d'où elles viennent, mais elles sont là pour débarrasser le monde de l'espèce humaine. Shin'ichi, jeune lycéen, est un « hôte » dont le cerveau a miraculeusement été épargné : Migy, son parasite, a pris possession de son bras droit ! Les deux êtres vont apprendre chacun l'un de l'autre. Alors que Shin'ichi se découvre doté d'incroyables facultés physiques, il prend aussi conscience de la menace qui plane sur ses proches et sur l'humanité tout entière.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=5658

Mon avis :
Paru en 2002, peut-être un peu en catimini, mais à une période où l'on recevait du Japon le haut du panier question mangas, Parasite Kiseiju est, au fur et à mesure des années, devenu (au moins pour l'auteur de cette chronique, c'est déjà pas mal) un véritable classique du genre.

Il s'agit d'un shonen un peu bâtard dont le propos, les thématiques avaient ce quelque-chose d'extrêmement adulte qui donne une envie irrépressible de le ranger dans la catégorie des seinen (et du du manga pour adulte). Néanmoins, soyons justes et objectifs : l'histoire de parasite est centrée sur un lycéen, plutôt du genre banal, Shin'ichi, dont un des bras, une nuit, est littéralement mangé (et remplacé comme si de rien n'était) par un parasite extraterrestre intelligent. Si, au début, cette nouvelle cohabitation possède une côté légèrement brouillon, voire un peu vite expédié, toute la richesse de ce tome 1 va cependant se trouver dans cette relation nouvelle entre Shin'ichi et Migy, ainsi que le parasite se nommera lui-même, non sans une certaine ironie puisque ce nom est en rapport avec le fait d'avoir mangé le bras droit de son hôte ! Le caractère du parasite métamorphe est ainsi parfaitement posé : intelligence froide, totalement inhumaine, à cent mille lieues des préoccupations éthiques de Shin'ichi, mais une intelligence avide de connaissances et d'expériences nouvelles, comme le montreront certaines scènes où Migy avale plutôt des livres que des bras.

Le ton de ce premier volume est encore relativement léger : Migy se permet quelques blagues un peu potaches (transformer le bras de Shin'ichi en phallus géant par exemple). Mais l'ombre de ses "compagnons" plane déjà sur l'intrigue principale. Car, dans ce premier volume, nous apprenons que Migy, bien entendu, n'est pas venu seul. La seule différence, c'est que, contrairement à lui, la plupart de ses compagnons ont réussi leur parasitage, à savoir s'emparer du cerveau de l'hôte, le dévorer, pour qu'il n'en reste rien d'autre que le parasite. Ainsi, ils peuvent également s'adapter très vite et déambuler parmi les humains sans risque de se faire remarquer... Voilà donc ce que Migy n'est pas parvenu à faire avec Shin'ichi... l'obligeant forcément à la cohabitation.

7,5/10 Voici donc présenté le premier et excellent tome d'une série de science-fiction finie en 10 volumes, au dessin peut-être fort classique, mais qui porte à merveille le propos et l'action de cette histoire. Rendez-vous bientôt pour la chronique du tome 2...


L'ex d'ici et d'à côté

Publié dans Critiques Manga

Commenter cet article