Fiche n° 484 : L'invocateur (Les Chroniques du Nécromancien 1) de Gail Z. Martin

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :
invocateur.jpg

Résumé :

Le monde du prince Martris Drayke est brusquement plongé dans le chaos le jour où son frère assassine leur père et s’empare du trône. Contraint de fuir, soutenu par une poignée de fidèles compagnons, Martris n’aura de cesse de venger son père et de rétablir son honneur.
Alors que les vivants se liguent contre lui, Martris découvre qu’il pourrait bien être l’héritier d’un don rare et effrayant. Il devra apprendre à dompter ses pouvoirs magiques naissants afin de lever une armée d’alliés… recrutés parmi les morts !

Informations complémentaires :

http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=34918

Mon avis :

Le test de la première page, vous connaissez ? Vous savez : vous lisez l'incipit pour vous donner une idée du livre ; si celui-ci vous plaît, vous emportez le livre en question avec vous. Avec L'invocateur, le test marche plutôt bien. Mieux, le premier chapitre terminé, je savais, dans les grandes lignes, ce qui allait se dérouler.

Ce n'est pas là joie sous les toits du palais de Shekerishet ; entre Matris et son frère Jared, il y a de l'eau dans le gaz. Surtout depuis que le second a tué leur père. Mais reprenons au début et présentons les principaux protagonistes.

Jared aime, dans le désordre, le pouvoir, torturer des innocents et trousser des servantes. Un méchant garçon qui se trouve être l'héritier du royaume parce que son père a décidé de fermer les yeux sur ses débordements quelques peu outranciers. La mère, on sait qu'elle existe mais c'est bien tout. Dans le genre héros un peu niais, Matris se pose comme un nouvel outsider pour ce titre tant convoité. les filles, il sait pas trop y faire. Heureusement, ses pouvoirs latents devraient pouvoir lui permettre de compenser. Parler avec les morts, ça impressionne les filles. Enfin, Kait, la jolie soeur dont les rondeurs naissantes laissent espérer qu'elle deviendra la plus belle femme du royaume, complète la famille royale.

A ce cercle, ajoutez Sotérius, l'ami alcoolique amateur de jolies filles et Carrovet, l'ami d'enfance de Matris, un peu amoureux de Kait, barde de profession. Ils ne comptent pas 60 printemps à eux trois et l'avenir s'annonce tranquille. C'était sans compter sans ce coquin de Jared qui gâche la fête, tue le roi et s'empare de trône. Pas cool ! Mais avec un Barde, un soldat et un prince, l'aventure peut commencer.

Contrairement à son homonyme, Gail Z. Martin ne va pas révolutionner la fantasy. Passé les dix premières pages, on ne compte déjà plus les clichés du genre. Sous la plume enthousiaste, passionnée mais souvent naïve, la suite de l'histoire ne change pas la donne : on ne cesse de se faire des réflexions du genre "elle va nous faire le coup de ... " ou "j'ai déjà vu ça dans ...". Bref, niveau originalité, on repassera.

5,5/10 Classique à tout point de vue, L'invocateur dispose d'un packaging suffisament réussi pour lui assurer un succès certain en librairie. De là à vous le conseiller, il y a un monde. Amateurs de Fiona McIntosh et Cie, vous pourriez bien apprécier, les autres... les autres iront jeter un coup d'oeil sur des sorties autrement plus intéressantes.

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

André 11/10/2010 20:17


Je ne peux que confirmer la critique de ce livre. Le héros est gentil. Le méchant est méchant. Aucune demi-teinte. Aucune nuance.

Exemple de dialogue dans le tome 2 :
"Dites, monseigneur le héros, votre copine, là, la princesse, ce serait pas purement politique votre intérêt pour elle ?
- Quoi ? Mais pas du tout ! Je l'aime !
- Rassurez-vous, vous connaissant, j'en étais sûr."

Eh ouais. Le gentil est gentil. Très. Et il apprend à se servir de ses pouvoirs de nécromancien :
"Oulah, je suis dans une situation catastrophique, oserai-je utiliser ces pouvoirs que je tiens de mamie ?
SHAZAM !
Super ! Ca a marché !"

Bon, j'arrête là : grosse, très grosse déception donc. Je me suis arrêté au 2/3 du tome 2. A éviter.