Fiche n° 471 : Epictète de Bianco et Algozzino

Publié le par C...

Couverture :


Résumé :
À l’énonciation de ce nom, on pourrait penser au célèbre philosophe stoïcien de la Grèce antique, mais Épictète est ici un petit personnage de bande dessinée, une sorte de chien, bipède, couleur vert d’eau. Épictète est habité de doutes, de questionnements qui tournoient autour de l’absurdité de l’Existence. Il rêve de liberté…

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=34828

Mon avis :
       Pas vraiment un chien, encore moins un humain, et n'ayant pas le moindre lien avec un rhinocéros, Epictète est un animal étrange, indéfinissable. Pour nous simplifier la compréhension, nous l'appellerons donc tout simplement par son prénom. 

       Epictète donc, rêve de liberté. Seulement voilà, il se retrouve enfermé entre 4 murs, dans une case, elle même sur une page, dans une BD au format qui vaut le détour à lui seul, rangé dans une étagère, ou une réserve, au fin fond d'une librairie, dont seul un libraire mal intentionné possèderait la clef. Bref, autant dire que pour Epictète, la liberté, c'est pas pour tout de suite.

       Et c'est tant mieux (gnark gnark), parce qu'à force de se plaindre, de tenter des évasions toutes plus... stupides les unes que les autres, il parvient quand même, bien malgré lui, à nous faire marrer. Et pas qu'un peu.

       Profitant de rares moments de lucidité (ceux où il ne tente pas une vaine évasion), il en arrive même à disserter sur des sujets aussi passionnants que la création d'une bd par deux auteurs accoudés au comptoir, que la différence entre le noir et blanc et les couleurs... Bref, tout un tas de petites réflexions bien senties sur l'objet BD en lui-même, une bonne façon de réfléchir un peu, sans se prendre la tête une seconde.

       Une soixantaine de pages pleines d'humour, de réflexion, de légèreté, le tout dans un objet un brin déroutant, pas forcément pratique, mais réellement hors du commun.
 
8/10 Epictète, c'est donc du rire, un brin de réflexion, mais surtout du rire. Je vous ai parlé du format étrange ? Non parce que vraiment, rien que ça... Enfin bref...

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article