Fiche n° 458 : Chien du Heaume de Justine Niogret

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
"On l'appelle Chien du Heaume parce qu'elle n'a plus ni nom ni passé, juste une hache ornée de serpents à qui elle a confié sa vie. La quête de ses origines la mène sur les terres brumeuses du chevalier Sanglier, qui règne sans partage sur le castel de Broe. Elle y rencontre Regehir, le forgeron à la gueule barrée d'une croix, Iynge, le jeune guerrier à la voix douce, mais aussi des ennemis à la langue fourbe ou à l'épée traîtresse. Comme la Salamandre, cauchemar des hommes de guerre...
On l'appelle Chien du Heaume parce qu'à chaque bataille, c'est elle qu'on siffle.
Dans l'univers âpre et sans merci du haut Moyen Âge, loin de l'image idéalisée que l'on se fait de ces temps cruels, une femme se bat pour retrouver ce qu'elle a de plus cher, son passé et son identité."

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=35058

Mon avis :
Voici donc le premier roman de Justine Niogret, jeune auteure bretonne déjà remarquée par plusieurs nouvelles, dont Un chant d'Eté (ed Oxymore), sélectionnée pour le Prix Imaginales 2005. Comme le souligne le quatrième de couverture, Chien du Heaume nous aspire dans une quête identitaire, celle d'une femme devenue mercenaire, et une bonne encore. Crainte et respectée des hommes, elle fait parler sa hache aussi facilement qu'un conteur manipule le verbe.

Premier constat : Chien du Heaume, le personnage, sonne juste, très juste. Tourmentée, presque fade penseront certains, ni belle ni forcément très intelligente, elle impose néanmoins le respect par ses actes. Pour tout dire, ce genre de personnage rappellera aux amateurs de mangas certains personnages de Kentaro Miura, l'auteur de Berserk. Miura sait en quelques scènes et quelques traits crédibiliser un personnage ; à son image, Justine Niogret, par un style incisif, et relativement simple, parvient à la même force évocatrice : "l'homme [...] était tassé comme si la vieillesse l'avait frappé de trop de coups, et pourtant son visage n'était pas plus fripé que celui d'un homme de trente ans ; et sur ses joues lisses, sa peau était aussi translucide que certaines fines couches de neige, pas même colorée par la course bleutée de son sang." L'utilisation d'archaïsmes, voire de mots inventés, ("enfançon", entrefessons") ne nuit pas à la fluidité du récit ; au contraire, il s'en trouve ragaillardi, sublimé par cette impression qu'ils sont si imagés qu'ils sonnent toujours, ou presque, vrais.

Réussite stylistique, lexicale, Chien du Heaume nous raconte avant tout l'épopée d'une femme dans un univers violent, sombre et désespéré, cruel et passablement réaliste. Les personnages qui gravitent autour de Chien du Heaume ne sont jamais figés, ils possèdent des failles, terriblement humaines (en témoigne cette petite fille, épouse à 9 ans, que le lecteur prend en pitié, et pourtant capable elle-même des pires cruautés), et tout au long de son chemin, tout au long de sa quête, Chien du Heaume en fera l'expérience.

En bref, difficile de reprocher quoi que ce soit à ce court (205 pages) roman. Lui reprocher même sa brièveté serait une grossière erreur car nous tenons ici ce genre de récit qui puise une grande partie de sa force, de son impact, dans cette brièveté.

8/10 Justine Niogret nous offre donc un grand récit d'heroïc-fantasy, où la magie sait se faire discrète au profit d'un cadre "historique" très réaliste, un récit coup-de-poing qui laisse une très forte impression après lecture. Si Chien du Heaume, en bonne mercenaire, manie la hache avec une dextérité éprouvée, Justine Niogret, en bonne conteuse, manie un récit efficace avec un sens du verbe tout aussi cinglant. Nous ne pouvons que conclure ainsi : "bravo, merci, et vivement le prochain."

L'ex d'ici et d'à côté

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

Simatural 14/01/2010 00:09


Bien d'accord avec vous deux, un excellent roman, rafraîchissant à bien des égards. Si la fantasy vous sort un peu par les trous de nez, essayez le premier roman de Justine Niogret, avec le genre
vous pourriez bien vous réconcilier.

D'ailleurs, on est très heureuc d'accueillir Justine samedi prochain. Venez nombreux, l'auteur est très sympa !


Ultrarat 13/01/2010 23:10


Tout à fait d'accord avec cette critique. Chien du haume est vraiment impressionant : belle écriture, ambiance superbe et de sacrés personnages. A la limite ce n'est pas de la fantasy, mais juste
un bon roman qui se passe au moyen âge. Et alors ? Alors rien. Quelle importance, ce qui compte c'est le plaisr de la lecture, et peu importe à quel genre ce livre appartient.
Juste un regret : j'aurais aimé une histoire un peu plus forte, du genre de celles qui vous oblige à tourner les pages et à prendre sur votre temps de sommeil.
Tant pis, c'est déjà bien beau comme cela. En lisant Chien du haume, j'ai pas mal pensé aux Compagnons du crépuscule, la sublime BD de Bourgeon. Excusez du peu.