Fiche n° 452 : Le Roi d'Août de Michel Pagel

Publié le par Meor

Couverture :


Résumé :

Août 1179. Philippe, 14 ans, fils de Louis VII et héritier de la couronne, s'égare en forêt de Compiègne au cours d'une chasse. Après plusieurs heures à tourner, il fait la rencontre d'une jeune femme au bord de la rivière. Elle le séduit et elle l'entraîne chez lui ; mais au moment de la jouissance, ses yeux deviennent uniformément bleus et des ouïes s'ouvrent sur sa gorge. Il apprend alors qu'elle est une nymphe, et qu'elle a été aimée de Hugues Capet dont elle a eu un fils que le roi lui a enlevé au berceau. Ansi débute ce roman qui raconte aussi bien l'histoire de France et l'histoire des peuples cachés, fées, nymphes, êtres plus ou moins maléfiques qui peuplent les éléments.

Informations complémentaires :

http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=13534

Mon avis :
J'ai découvert Michel Pagel avec Les flammes de la nuit il y a de celà des années : c'était un vrai plaisir de lecture. Vrai plaisir qui s'est confirmé par la suite avec les récits de la Comédie Inhumaine et qui se confirme encore avec ce roman que je n'avais pas encore lu.

S'il est vrai que j'ai pu lire un peu plus rapidement les passages traitant de la guerre et de l'histoire pure, l'intrigue est forte et accrocheuse. Les personnages à la fois historiques et fictifs (puisque l'auteur propose ici de réinventer l'histoire en la mâtinant de fantastique) ont des facettes qu'ils dévoilent peu à peu et changent au cours des pages. Ainsi, bien qu'assez hermétique aux récits martiaux et historiques, j'ai tout de même pu apprécier les différentes conquêtes et manipulations des rois, comtes et autres clercs pour "le bien de la France" ainsi que l'attitude bien différente des fées et autres créatures qui, finalement, n'interviennent que peu dans l'histoire.
Je n'oublie pas de saluer le style de Michel Pagel qui ne me déçoit jamais ; simple, fluide et riche à la fois, il porte à merveille son récit sans jamais lâcher le lecteur.

La preuve : moi qui ignorais tout du roi Philippe Auguste, j'aurais - au moins - retenu qu'il existât et courus me documenter un peu sur son règne ; ce qui n'est pas peu faire.

7,5/10 Si parfois ma lecture a pâti de l'intrigue historique qui me fascine peu, je n'ai pas pour autant décroché un instant du livre, ravie de redécouvrir cet auteur. Amateurs de fantastique et de récits ancrés dans l'histoire, n'hésitez pas !

Meor

Publié dans Critiques Fantastique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article