Fiche n° 433 : L'Orphelin de Cocoyer Grands-Bois (Encyclomerveille d'un tueur 1) de Ségur et Chamoiseau

Publié le par C...

Couverture :

Résumé :

Tout commence par une terrible nuit... Un enfant assiste à la mort de ses parents, massacrés par un monstre dément. Recueilli par le fossoyeur du cimetière de Cocoyer Grands-Bois, l'orphelin est initié au monde de la Merveille et de ses créatures damnées qu'il devra tôt ou tard affronter, tel son père, le dernier grand chasseur à avoir pratiqué cet art à l'aube du plus colossal des bouleversements.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=34726

Mon avis :
       Seul dans son bureau, un immense grimoire devant lui, un vieil homme raconte. Il raconte comment un jeune garçon a changé sa vie, un jeune garçon au destin fabuleux... On l'appelle l'Orphelin-sans-nom. Un soir, il fut sauvé d'un massacre par le gardien du cimetière, il vit depuis à ses côtés, dans un profond mutisme, et va devenir fossoyeur au cimetière de Cocoyer Grands-Bois, en Martinique...

       L'histoire, si elle s'arrêtait là, aurait de quoi séduire, mais manquerait quelque peu de piment, d'originalité. Et justement, s'il y a bien quelque chose dont ce tome ne manque pas, c'est d'originalité.
Car ce garçon a un pouvoir, celui de voir dans ce cimetière deux réalités, deux mondes, celui des vivants, classique, vu par le commun des mortels, et celui du merveilleux. Si son sauveur et mentor peut le voir aussi à l'aide de drogues ou d'accessoires, lui n'a besoin de rien, et peut même interagir avec celui-ci. Il va donc passer son temps à communiquer avec les morts, que les autres ne voient pas. Inutile de préciser qu'il passe à leurs yeux pour un illuminé.

       Evidemment, le scénario ne se résume pas à cela. Tout au long de cette encyclomerveille, on va suivre l'apprentissage par cet orphelin de son métier. Loin d'être un simple fossoyeur, il va devoir réguler ces deux mondes, en s'assurant que l'Ordre règne. Apprentissage également des règles à respecter dans ce cimetière mystérieux, théatre de toutes les rencontres macabres imaginables... Et puis à travers cette relation avec son mentor, il va en apprendre un peu plus sur lui-même, son père, son nom... Jusqu'à ce que naisse en lui le besoin de se venger.

       Une ambiance macabre et merveilleuse, deux personnages aussi intrigants que charismatiques, le tout mis en forme par les dessins de Ségur toujours pleins de fluidité, de couleurs, tout simplement scotchants. Certes, ses visages translucides peuvent parfois dérouter, mais ils participent ici de cette ambiance si particulière, à cheval entre deux mondes, en donnant des traits presque fantomatiques à ces deux personnages. Et puis ces explosions de couleurs, ces contrastes, ces essais de mise en page contrebalancent largement ce petit détail qui n'était même pas un défaut... Ce qui est sur, c'est que Ségur a eu le temps de perfectionner son art depuis les Légendes des contrées oubliées.

7/10  Si cette Encyclomerveille peut parfois nous laisser un peu perplexe, nous dérouter quelque peu, la richesse et l'originalité de son univers, de ses décors, et l'immense qualité graphique devraient suffir à convaincre les plus frileux. Une histoire étrange, d'un garçon qui devint malgré lui le gardien des deux mondes.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article