Fiche n° 421 : Le Grand Duc de Yann et Hugault

Publié le par C...

Couverture :

Résumé :
Hiver 1943; Wülf , un jeune "AS" de la Luftwaffe, lutte contre l'aviation soviétique dans la chasse de nuit. Horrifié par la barbarie nazie, il a refusé d'orner son zinc d'une croix gammée.… s'attirant l'inimitié de certains pilotes plus fanatisés. Wülf est d'autant plus écoeuré qu'il doit combattre de jeunes femmes pilotes russes, qui vont au casse-pipe sur des biplans démodés, sans emporter de parachute. La seule personne qui donne encore un sens à son existence c'est Romy, sa fillette et peut-être aussi son grand duc apprivoisé… Jusqu'à ce que son destin croise dans le ciel celui de Lilya, une des célèbres "Sorcières de la Nuit"

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://critic.fr/detail_livre.php?livre=30270
Tome 2 : http://critic.fr/detail_livre.php?livre=34223

Mon avis :
       L'histoire se passe sur le front russe, durant la seconde guerre. Wulf est un gradé de l'armée de l'air allemande, profondemment attaché à son pays, à ses valeurs. Réfractaire à l'idéologie nazie, il ne s'empêche pas de le faire savoir, en enlevant insignes et croix gammées de son avion... Comment fait il pour être encore en vie ? Et toujours gradé ? Tout simplement parce que son supérieur à la NJG3 (escadre de nuit) est plutôt conciliant, et qu'il a besoin de pilotes de son calibre. Car oui, même s'il ne le crie pas sur tous les toîts, Wulf est sans doute le meilleur pilote en activité... qui va recevoir l'insigne honneur de piloter un avion aussi imprévisible que rapide : le mythique Heimkel 219, le Grand Duc.

       Vous l'aurez compris, le Grand Duc est une BD de guerre, de combats aériens. Mais que l'on soit sensible ou non (comme moi) à ce genre d'histoire, il faut reconnaitre que celle-ci fonctionne vraiment bien. Elle ne se contente pas de relater d'interminables combats, tous semblables les uns des autres. Bien sur, ceux-ci sont tout de même présents, mais bien menés, vifs et captivants. Et le Grand Duc est avant tout l'histoire d'un homme droit, Allemand mais pas nazi, de la folie de la guerre et d'un régime politique.

       Face à quelques illuminés qui comptabilisent leurs victoires face à l'ennemi russe (des femmes ici...) en se sacrifiant avec le sourire pour l'idéologie nazie, le personnage de Wülf permet de remettre en questions ceretaines caricatures et de mettre à mal certains amalgames courants dans ce genre d'histoires, sans pour autant justifier la guerre ou l'idéologie...

       Wülf est le narrateur. Ce rythme posé, tranquille romp avec la vivacité des combats. Il nous promet un lien étrange avec ces "sorcières de la nuit", femmes engagées dans l'armée russe, qui annonce du très bon pour le deuxième tome.

       Au final, on est face à un récit qui parvient à laisser de côté les combats (pourtant excellents) qui s'effacent devant une ambiance captivante et une histoire qui donne (un peu) à réfléchir. Le dessin pour finir connait le même traitement, la même subtilité. D'un grand réalisme et d'une grande précision pour tout ce qui touche aux avions, il fait pourtant preuve de retenue et d'un style épuré (neige, paysages désolés...) qui tranchent avec le reste. Pour faire simple, on se sent vraiment face à une BD et pas face à un documentaire archiréaliste barbant... Dommage que le deuxième tome soit un poil en dessous du premier scénaristiquement.

7/10  Une BD de guerre et d'avions vive et captivante, qui ne se contente pas d'exposer des clichés d'avions ultra réalistes ou des explosions à chaque page. Un personnage et une histoire interessants, jouant sur ces oppositions entre lui et le régime, son armée et celle des russes. Le Grand Duc possède suffisemment de qualités pour plaire aussi à ceux que les avions ne passionnent pas.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article