Fiche n° 420 : Les Mémoires de Zeus de Maurice Druon

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
“Moi, Zeus, roi des dieux, dieu des rois, je vais vous conter mon histoire… À ceux qui pensent que vivre pour un dieu est aisé, je dis : “détrompez-vous.” Aux mortels qui croient que notre vie n’est que volupté et délices, je dis : “apprenez votre erreur.” Ne confondez pas ce que vous vous voudriez être avec ce que nous sommes. Ayant échappé de justesse
à l’infanticide, à cause d’une prophétie, j’ai grandi seul, caché sur une île. Peu à peu, je suis devenu homme et guidé par ma grand-mère Gaïa, j’ai concocté un plan afin de renverser mon père, Cronos, maître de l’Olympe. Seul, j’ai appris la vie, l’amour, la mort et la colère. J’ai levé une armée, j’ai réveillé les géants, j’ai libéré mes frères et mes sœurs. J’ai accompli mon destin… Vous qui avez oublié, il est temps que je vous rappelle ce que nous avons vécu, alors que l’homme n’était encore qu’un enfant. Moi, Zeus, j’ai fait un long somme… je suis à présent réveillé.”

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=33958

Mon avis :
J'ai longtemps été passionnée par la mythologie grecque, j'ai eu d'autres préoccupations depuis, mais je ne pouvais tout de même pas résister à la sortie en poche de cette oeuvre de Maurice Druon.

Bon Maurice Druon tout le monde connais (si si je vous assure: Tistou les puces verts et les rois maudits et le chant des partisants, c'est lui!), du coup ça ne vous étonera pas si je vous dit que le style de ce membre de l'académie française (un peu réac') sort du lot. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'avec le style de Druon, Zeus parle vraiment comme un dieu: aucun mot n'est laissé au hasard, c'est grandiloquent, plein d'emphase, on aime ou on aime pas. Moi j'ai apprécié mais la lecture ma pris plus de temps que d'habitude.

On est pas entrainé dans ces Mémoires de Zeus. non seulement parce que le style, même si on aime n'ai pas fait pour, mais aussi parce que en grande partie on connait l'histoire, donc on ne s'accroche pas au roman en se disant "oh mon dieu (c'est le cas de le dire) mais que va t-il se passer?" et bam on lit tout très vite pour savoir la réponse; mais on lit plutot en se disant "qu'est-ce que Druon va nous inventer pour nous suprendre? pour nous expliquer? pour nous bluffer? " et là on lit lentement en essayant de deviner la ruse, en se délectant de la nouveauté.

En fait Druon prend les épisodes de la vie de Zeus et essaie d'en faire une masse qui bien que mythologique soit plus cohérente, plus logique presque si il y a de la logique chez les dieux. Zeus devient un personnage attachant et non plus un dieu tout puissant ou un simple coureur de jupons. D'autre par si les histoires de Zeus et sa troupe sont à l'origine des histoires à portée universelle,qui cherche à donner une morale, un enseignement, sur la constitution du monde, le culte des dieux, les interdits... On a pour la plupart perdu de vue ce coté pour ne retirer des mythes qu'une somme d'histoire plaisantes. Druon leur redonne le lustre d'antan en nous montrant en quoi ces mythes ont toujours une vérité pour nous, un sens. Avec des matériaux ancien Druon fait du bon moderne.

Les idées philosophiques ou politiques qu'il passe à travers la bouche de Zeus ne sont pas aussi réactionnaire qu'on aurait pu le craindre, bien sur les féministes ne seront pas toujours enthousiastes, mais l'argumentations contre le monothéisme, ou pour l'amour quelque soit le sexe des deux partenaires surprend agréablement de la part de l'auteur.

7/10 Vraiment ce livre est une bonne surprise qu'on se laisse bercer par l'histoire de Zeus et du Panthéon grecque narrée avec le brio de la plume de Druon ou que l'on s'intéresse aux idées qui ressortent de cette actualisation des mythes, chacun y trouvera son bonheur.

Mitificus

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

COUTENAY 27/04/2011 21:28


J'ai beaucoup apprécié se livre. Je l'ai trouvé dans une bibli à l'emplacement de la Science-fiction mais je trouve que cela n'est pas sa place car à mon sens c'en est pas.