Fiche n° 424 : Rois et Capitaine de Stéphanie Nicot (dir.)

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
« Je suis un guerrier. Capitaine d’une unité d’élite. Nombre diraient un assassin, un boucher, ou un fou, mais ces mots n’ont pas de sens pour moi. Le bien, le mal… Tout cela n’est que balivernes. Si vous me demandez mon avis, je vous dirais bien volontiers que la réalité d’un champ de bataille est tout autre, que ce n’est qu’affaire de point de vue : seules comptent la victoire ou la défaite. » Cette anthologie allie l’enthousiasme des concepteurs au talent des auteurs : Claire & Robert Belmas, Pierre Bordage, Armand Cabasson, Lionel Davoust, Thomas Day, Julien d’Hem, Catherine Dufour, Johan Heliot, Jean-Philippe Jaworski, Laurent Kloetzer, Maïa Mazaurette, Rachel Tanner.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=32959

Mon avis :
Rois et Capitaines a été réalisée à l'occasion de la dernière édition des Imaginales. C'est donc avec du retard - mais si peu - que je vous en touche quelques mots.

Après une préface de Stéphanie Nicot, Jean-Philippe Jaworski ouvre l'anthologie avec une nouvelle qui confirme son (récent) statut de "figure de proue de la fantasy". L'auteur de Gagner la Guerre nous avait déjà prouvé qu'il maîtrisait la forme courte dans Janua Vera, il le réaffirme avec autorité dans ce texte, pour moi le meilleur de l'anthologie.

Suit un texte moyen de Rachel Tanner qui souffre de la comparaison avec cette introduction en grandes pompes. Néanmoins, tout n'incombe pas à la place difficile qu'il occupe, puisqu'il s'oublie tout de même très vite une fois la dernière page tournée. Un constat que l'on peut aussi faire aux nouvelles du couple Belmas et de Julien d'Hem, et plus étonnants, à celles de Johan Héliot et Pierre Bordage. S'il n'y a aucun mauvais texte au sommaire de l'anthologie, ces derniers ne brillent ni sur la forme ni sur le fond.

Après une apparition de qualité dans l'anthologie Dragons, Thomas Day réitère sa performance avec un court texte d'une dizaine de pages. Assez pour lui permettre de signer l'autre grand texte de l'anthologie, avec ce court morceau de cruauté, de finesse et de mélancolie. A découvrir absolument !
 
Signalons les très bonnes nouvelles d'Armand Cabasson, de Lionel Davoust et de Laurent Kloetzer, trois auteurs qui confirment ce que l'on était en droit d'attendre d'eux. Au programme, fantasy mongole, maritime et éthèrique.

Enfin, deux textes restent assez difficile à évoquer pour moi puisque je n'arrive décidément pas à accrocher aux styles (très différents au demeurant) de Catherine Dufour et de Maïa Mazurette. Deux textes auxquels je n'ai pas accroché mais dont je ne puis être certain qu'il en aille de même avec vous puisque je sais que certains ont (beaucoup) aimé.

7/10 Si Retour sur l'horizon fait un magnifique état des lieux de la SF française actuelle, Rois et Capitaine - sans l'égaler - démontre pour sa part, que la fantasy se porte bien. Une belle porte d'entrée sur les univers de grands auteurs !

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article

Winter 28/04/2010 17:10


Je viens de terminer la nouvelle de Jaworski après les lectures de Janua Vera et Gagner la guerre (je sais, je suis pas en avance). Je n'en reviens pas du talent de ce monsieur. Vraiment
impressionnant.


Ultrarat 03/11/2009 23:07


Sûr que c'est toujours mieux quand on peut s'enthousiasmer et partager son plaisir. Mais ces Rois et capitaines n'arrivent pas tout à fait à être à la hauteur du somptueux casting d'auteurs qui se
sont donnés rendez-vous.
OK, ok, faut rien exagérer : la pluspart des textes sont bons, mais ils m'ont presque tous laissé avec une impression d'inachevé. Une sorte de service minimum pour répondre à la commande des
Imaginales.
Alors évidemment quand Kloetzer, Jaborwsky ou Day sont à la manoeuvre, le résultat est correct. Très correct, même. Mais ces messieurs ont fait mieux. Beaucoup mieux.
A lire pourtant en faisant fi de ces réserves. Parce que faudrait quand même pas oublier que les oeuvres mineures de bons auteurs valent mieux que les productions sans génie de pas mal d'autres.