Fiche n° 407 : Les Aigles de Rome (livre II) de Marini

Publié le par C...

Couverture :

Résumé :
Marcus Valerius Falco et Ermanamer ont connu le même entraînement, soumis à une discipline de fer. Au fil des épreuves, les deux jeunes gens commencent par s'affronter et finissent par s'estimer au point de devenir amis. Ils découvrent l'ivresse des armes et le plaisir des sens. Au terme d'une chasse périlleuse, le Romain et le barbare mêlent leur sang pour sceller un pacte de fraternité éternelle.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=34596

Mon avis :
       Pour le tome 1, j'avais commencé en explicant que je n'étais pas particulièrement sensible à ce que faisait Marini, et que finalement, j'avais été agréablement surpris, et presque séduit par la série. J'attendais pourtant confirmation avec ce tome 2. Qu'en est il donc après lecture de celui-ci ?

       Une couverture très réussie, jouant toujours sur le lien entre ces deux personnages, un rouge magnifique. Jusqu'ici, tout allait bien. Et puis voilà, il a bien fallut ouvrir la BD...

       Scénaristiquement, on se concentre sur les histoires de coeur (de sexe) de Marcus, ce qui, il faut bien l'admettre, est d'un intérêt des plus limité. Alors bien sur, ses frasques entrainent quelques jalousies, quelques vengeances, mais sans vraiment convaincre. Ce qui faisait l'intérêt du premier tome, et qui semblait être le fil directeur de la série (le lien entre ces deux hommes) est réduit presque à néant, du moins jusqu'aux dernières pages. Et, cerise sur le gateau, on ne revient absolument pas sur ce qui avait été annoncé à la dernière page du premier tome. Il faut attendre les dernières pages pour sentir une once d'amorce d'intrigue. Mais bien sur, il faudra attendre un prochain tome...

       Au delà même de cette intrigue, la magie ne prend vraiment pas. On ne se sent pas une seconde à Rome, mais plutôt dans un mauvais peplum, bourré de clichés. Des relations entre les personnages insipides, des paroles inadaptées, du sexe à chaque page... A la longue, tout ce qui faisait immersif dans le premier tome finit même par lasser : les noms romains, ou mêmes les explications qui suivent chaque terme technique qui ressemblent plus à de la pédanterie qu'autre chose, et qui alourdissent le récit.

       Vous l'aurez compris, au deàlà de ne pas m'avoir convaincu, ce livre II m'a plutôt énervé. Alors certes, c'est toujours très beau, et les dernières pages sont plutôt réussies, mais cela vaut il le prix d'une BD ?

       Il ne me reste qu'à finir sur une note positive, en vous conseillant vivement d'attendre le prochain tome de Murena, prévu en novembre.

4/10  Le premier tome avait l'avantage de détendre, et de bien fonctionner, loin du réalisme de Murena. Sans réel intérêt scénaristique, et malgré des dessins très réussis, ce livre II est tout simplement dispensable.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article