Fiche n° 392 : Revanches (Le Régiment perdu 3) de William R. Forstchen

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
Le 35e du Maine a provoqué la vengeance des hordes ! En franchissant un mystérieux tunnel de lumière en pleine guerre de Sécession, le colonel Andrew Keane et ses " tuniques bleues " ont été projetés dans un autre monde, dominé par d'abominables créatures ayant réduit les humains en esclavage depuis des siècles. Keane et ses hommes ont déjà vaincu deux fois ces hordes d'ennemis, Tugars ou Merkis, sur terre comme sur mer. Mais les choses peuvent changer bien vite sur Valennia ! Car cette fois, la bataille aura lieu dans les airs... Et dans leur soif de vengeance sanguinaire, les créatures se sont désormais alliées, afin de détruire les humains et installer leur règne de terreur, à nouveau et pour toujours !

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30024

Mon avis :
Ce troisième tome reprend peu de temps après Rassemblement. Souvenez-vous : si la bataille entre les deux factions des humains semblait achevée, une nouvelle guerre, plus terrible encore, s'annonçait pour Keane et ses hommes. Cette fois-ci, il n'est plus question de tergiverser pour les Hordes : elles ont décidé de s'unir contre leur ancien bétail.

Pour le 35e du Maine et leurs alliés, il n'y a que deux issues : la victoire ou la défaite, synonyme d'esclavage ou d'extermination. Leur tâche s'annonce encore plus difficile voire insurmontable lorsqu'ils apprennent que leur avance technologique, leur seul véritable avantage face aux hordes, n'est plus. Pis, les hordes savent désormais voler à l'aide de dirigeables.

Contrairement à ce que la quatrième de couverture laissait présager, les batailles aériennes ne concernent qu'une toute petite partie du conflit, qui reste majoritairement terrestre. Un conflit flamboyant, spectaculaire et déchirant où Forstchen n'épargne personne et utilise tous les moyens guerriers et technologiques, tous les terrains, qu'ils soient terrestres, navals ou aériens à sa disposition, pour en mettre plein les yeux à ses lecteurs. Plus que jamais, il est difficile de faire la fine bouche à ce niveau. Revanches est sans aucun doute le tome le plus sombre de la série : mort, trahison, sabotage, espionnage... Qu'on se le dise : c'est la guerre. Peu de moments heureux viendront égayer votre lecture. On en notera tout de même un (je n'en dis pas plus) où l'auteur se laisse aller à développer la partie culture de son univers, chose sur laquelle il ne s'était pas encore attardé.

La légère baisse de note s'explique par un défaut déjà présent dans le précédent volume mais de manière moins visible. S'il n'est pas question d'une improbable résurrection, c'est au niveau de la psychologie des personnages et du rythme que le bât blesse. En effet, l'auteur prend (tout) son temps pour résumer les précédents volumes ainsi que l'état d'esprit ou l'évolution des personnages principaux. « Le calme avant la tempête ! » me direz-vous. Oui sûrement, ça s'est déjà vu. Mais pourquoi (ré)expliquer des aspects qui l'ont déjà été dans les volumes précédents, pourquoi s'attarder aussi longuement sur des traits de caractères ou des évolutions psychologiques de personnages ? On a bien compris qu'untel avait changé avec la guerre et que tel autre s'inquiétait pour sa femme et ses enfants. Pas besoin d'en faire des pages et des pages. La psychologie des personnages n'est peut-être, tout simplement pas le fort de l'auteur américain.

Cette agaçante lenteur des 200 premières pages contraste avec la seconde moitié du livre absolument époustouflante. Une seconde moitié qui s'avale d'une traite ... jusqu'à la fin... jusqu'à cette fin crispante et saisissante. Vous voilà prévenu !

7/10 Bref, petit à petit, tome après tome, Le Régiment perdu confirme son statut de série divertissante. Le prochain tome s'annonce plus mouvementé que jamais et ce n'est pas moi qui m'en plaindrais.

Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article