Fiche n° 387 : Günther Pulst (Immergés, tome 1) de Nicolas Juncker

Publié le par C...

Couverture :

Résumé :
Un sous-marin allemand : petit univers clos dans l’immensité aquatique, un espace de ferraille aux relents de peur, de gas-oil et de sueur, dans lequel l’élite de l’armée du Führer vit en autarcie, pétrie de rancoeur, de fatigue et de secrets. Après des jours et des jours de mers, le moindre mot ou le moindre événement peut attiser la haine que les hommes entretiennent entre eux dans ce huis-clos. D’autant qu’à terre, ils savent que des officiers SS les attendent pour mener une inspection en règle.

Informations complémentaires :
à venir

Mon avis :
       Immergés part d'une idée plutôt intéressante. Raconter la seconde guerre mondiale, du moins une partie, à travers le regard de soldats allemands, embarqués dans un sous marin. Si les BD traitant de cette guerre font légion, il faut avouer que ce changement de point de vue, peu courant, est vraiment appréciable. En plus, le héros est un maitre dieseliste (Günther Pulst), plutôt original non ?

       Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'ambiance sous marine est vraiment bien retransmise. Des dialogues crus pour le côté "hommes pas forcément très fins regroupés dans un petit espace pendant des mois", et de petites cases pour le côté oppressant de cet espace confiné. On entendrait presque le sonar raisonner pendant qu'on lit ce premier tome, si les soldats ne passaient pas leur temps à se crier dessus.

       Une fois à quai, l'un d'entre eux est dénoncé au régime nazi naissant. Un communiste à ce qu'il parait. Dès lors, un climat de suspicion va s'instaurer dans les rangs. "Qui a bien pu le balancer ?". Même sorti de l'eau, cette ambiance pesante, prenant une autre forme, ne s'arrête donc pas.

       Le problème, c'est que malgré toutes ces bonnes idées, ces originalités, cette ambiance, et des dialogues souvent bien trouvés, l'ensemble est, au final, très brouillon, très confus. Les cases sont trop petites pour être parfaitement lisibles, trop de noms, trop de ressemblance entre les personnages (tous mal rasés au fond d'un sous marin sombre avec des noms et des surnoms compliqués). Bref, on s'y perd. En plus, il ne faut pas être claustro. Et puis, j'avoue avoir été surpris, n'ayant pas fait attention, de ne pas tomber sur un one shot. Je trouvais que cela se prêtait mieux à l'histoire (mais là c'est vraiment très personnel). Attendons donc de voir comment s'orientera la suite. Personnellement, malgré ces défauts flagrants, j'y jetterai quand même un oeil interessé.

6,5/10  Une idée qui sort vraiment de l'ordinaire, un style graphique parfaitement adapté à une ambiance sous marine. L'ennui, c'est que cette même ambiance peut s'avérer vraiment oppressante, et que l'ensemble est vraiment trop confus. A essayer pourtant si vous n'êtes pas claustro et si vous possédez une loupe et une maitrise en onomastique germanique.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article