Fiche n° 356 : La licorne de Jean et Gabella

Publié le par C...

Couverture :


Résumé :

1565. Plusieurs anatomistes réputés meurent dans des conditions étranges. A Paris, Ambroise Paré, chirurgien du roi en bute aux médecins de la Faculté - qui voient en lui un rustre parvenu - constate le décès de l'un d'eux. En enquêtant, il croise d'inquiétantes créatures et découvre que certaines recherches - que le pouvoir et l'Eglise cherchent à étouffer - sont en jeu...

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=20172
Tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=28008

Mon avis :
       L'histoire se passe en pleine Renaissance, entre Paris et Rome, alors qu'on assiste à une "explosion scientifique", et une remise en cause de la médecine. Certains prônent une médecine classique, basée sur la théorie antique des humeurs, d'autres privilégient une approche plus moderne, centrée sur une étude plus chirurgicale du corps humain. C'est le cas justement des Asclépiades, société très secrète, dont chaque membre est sensé être mort, et qui vont constituer un amas de "héros" de cette série.

       Sous couvert d'une enquête sur la disparition et la mort (réelle cette fois) de certains membres de cette organisation, ayant reçu de mystérieuses tapisseries (au nombre de 6), le scénario de La licorne va se centrer sur cette nouvelle approche de la médecine, sur une quête des origines de l'Homme, sur l'évolution accélérée de son corps. Le but réel va être de comprendre pourquoi cette évolution a pris une tournure dramatique au cours des dernières décennies. Et bien sur, l'Eglise voit cette réflexion nouvelle d'un très mauvais oeil. Plutôt original non ?

       Si on ajoute à ça l'existence de créatures écorchées étranges, appelées primordiaux, aux formes variées, à l'origine des créatures mythologiques que nous connaissons (Dragons, centaure, licorne...), une méthode de communication avec elles par contact des bouches, ainsi qu'un personnage mystérieux, l'Homme zodiacal (le méchant), totalement invulnérable, qui voit sa force évoluer en fonction de la position des astres et donc des saisons, le doute n'est plus permis, cette série sort du lot.

       Alors malheureusement, quelques petits problèmes viennent noircir ce tableau idyllique. Si l'absence totale de héros participe à l'originalité de La licorne, et se justifie largement, il n'en demeure pas moins que cela crée un certain vide. De même, à trop fouiller les choses, les expliquer scientifiquement, la série finit par manquer un peu d'âme par moment, et puis il est dommage que certains textes viennent cacher certains décors sublimes, ou que certains bugs de position rendent certaines scènes d'action un peu incohérentes.

       Mais malgré cela, grâce à un scénario complexe et une enquête bien menée, où de nombreuses factions sont impliquées, sans que les rôles soient clairement définis, arrêtés, grâce aussi à une ambiance très originale, née de ce mélange science et antiquité et surtout des dessins, quoiqu'un peu inégaux, souvent superbes, notamment pour les décors des villes (et ce laboratoire...), La licorne constitue une série de très bonne qualité qui, si elle n'est pas parfaite, a l'avantage de suivre des chemins scénaristiques rarement empruntés dans une BD.

8/10  Une enquête bien ficelée entre Paris et Rome, en pleine Renaissance, alors que la médecine est sujette à questions. Nombreuses factions impliquées, actions, créatures merveilleuses, évolution du corps humain, La licorne joue sur des tableaux rarement vus en Bande dessinée. Le tout dans une ambiance graphique superbe et toute aussi originale.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Simatural 03/09/2009 15:48

Je plussoie pour cette série que j'apprécie beaucoup. Vivement le tome 3 !