Fiche n° 330 : La Mélancolie de Haruhi Suzumiya de Tanigawa, Tsugano et Ito

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
"Les humains ne m'intéressent pas. Je suis à la recherche d'extraterrestres, de voyageurs du futur, de gens dotés de pouvoirs surnaturels. Si vous en connaissez, venez me voir !". C'est ainsi que s'est présentée Haruhi Suzumiya, le jour de la rentrée. On a cru qu'il s'agissait d'une plaisanterie mais pas du tout. Elle a mis en place la Brigade S.O.S. et engagé de force Kyon. On se demande comment ce garçon va pouvoir supporter une fille aussi déjantée.

Informations complémentaires :
tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=33474
tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=34086

Mon avis :

On m'a "vendu" La Mélancolie de Haruhi Suzumiya en me disant "J'ai adoré mais je suis incapable de te dire pourquoi ! ". Le fait est que, ce constat, bien plus qu'aucun autre argument commercial, a su attiser ma curiosité. J'ai donc été jeter un coup d'oeil à l'animé en question (oui, comme bien souvent avec les mangas, je les ai d'abord vu sur petit écran avant d'aller voir le format papier).

Et là, coup de foudre immédiat !

C'est vrai, difficile de dire qu'est-ce qui attire tant dans La Mélancolie de Haruhi Suzumiya (appelons-le LMDHS, ça sonne moins bien mais c'est plus facile) ? Question originalité, on a vu mieux, c'est certes joli, il y a de jolis morceaux de SF dedans mais ça n'explique pas tout ! Oui, j'ai adoré, j'ai kiffé grave et j'en ai redemandé. Alors, même si ce n'est pas évident, je vais essayer de vous dire pourquoi LMDHS est génial.

A propos du Nom du Vent, Patrick Rohtfuss disait qu'il voulait créer un personnage si intéressant, si exceptionnel qu'il n'aurait pas besoin de batailles et de conflits en tous genres pour susciter l'intérêt du lecteur. Dans LMDHS, c'est un peu pareil ; peut-être pas dans les intentions de l'auteur mais dans le résultat final.

Haruhi Suzumiya est une fille excessive, autoritaire, manipulatrice, allumée, excentrique, sauvage, un peu folle, lunatique et belle, terriblement belle. A son propos, dans la seconde saison, Kyon prononces ces quelques mots qui, je trouve, résume bien le personnage : "J'ai l'impression que c'est une personne qui agrandit des broutilles jusqu'à la taille de l'univers !".

Qui est Kyon ?
Kyon est un lycéen ordinaire qui aime bien sa petite vie rangée et fait le maximum pour la préserver. Puis, un jour, il va se retrouver dans la même classe que Haruhi. D'elle, il ne retient qu'une chose : elle est belle. Le pauvre ne connaît pas encore toutes les autres "qualités" de la demoiselle et les rumeurs qui courent à son sujet. Alors, un jour, il décide de lui faire un compliment. Anodin à défaut d'être anonyme.  VLAN, ni une ni deux, il va se retrouver bien malgré lui embrigadé dans un club qui a pour but de trouver des extraterrestres, des personnes venant du futur ou des gens aux pouvoirs surnaturels : les brigades SOS dirigée de main de fer par ... Haruhi Suzumiya bien sûr !

Kyon et Haruhi sont rejoints par d'autres élèves tous plus étranges les uns que les autres, chacun à leur façon. Pour Kyon, c'est le début des emmerdes ! Lui qui veut éviter au maximum les ennuis se fait mettre le grapin dessus par la fille qui les attire comme un aimant. Il aimerait franchement oublié qu'il l'a un jour rencontré mais c'est pas possible : elle ne le laissera pas faire !

Le duo Haruhi/Kyon fonctionne à merveille. Tant mieux car il est au coeur du roman. Car si Haruhi explose tous les standarts de la normalité, elle devient encore plus extraordinaire à travers le regard du sage et posé narrateur. Les opposés s'attirent, c'est bien vrai mais ils font aussi des étincelles lorsqu'ils sont trop proches. Surtout quand l'un des côtés n'a pas demandé à être là...

Mais où le fantastique me demanderez-vous ? Il apparaît rapidement, par petites touches, parfois de manière imperceptible ... du moins sur le moment. Dans LMDHS, rien n'est jamais laissé au hasard et des séquences a priori insignifiantes prennent leur sens plus tard dans l'histoire. Voyages dans le temps, E.T., existence d'une puissance supérieure, LMDHS, ce n'est pas l'intrusion de l'extraordinaire dans l'ordinaire mais bel et bien l'inverse. Seul Kyon semble normal ; et il va vite s'en mordre les doigts lorsqu'il se voit embarquer dans des aventures toujours plus délirantes et irréalistes... Des aventures qui ont pour point commun, mieux pour épicentre, la belle Haruhi.

Alors, non LMDHS n'est pas LE manga, celui capable de boulverser toute votre conception de la bande-dessinée japonaise, celui qui va vous émouvoir au-delà du possible, mais si vous accrochez, il se peut bien qu'il prenne un place particulière dans votre bibliothèque idéale, et plus généralement, dans votre coeur de lecteur.

D'ordinaire, je me moque des fans, je veux dire des "fans vraiment hardcores". Pourtant, moi qui ai déjà l'animé, moi qui commence le manga, voilà que je viens d'apprendre l'existence d'une série de romans dont le premier sort en août ! Je n'ai qu'une envie, le lire au plus vite. Voilà que je deviens fan. Enfin, j'ai encore de la marge quand on sait qu'il existe au Japon une secte liée à ce manga. Obélix aurait pu le dire "ils sont fous ces japonais ! ". Oui, c'est sûr, mais une folie douce et légère n'aurait pas su créer LMDHS. Vive les fous !

8/10 Une superbe histoire d'amour enrobée de voyages dans le temps, d'extraterrestres, de robots et de pouvoirs surnaturels. A l'image de son couple de héros, ce manga fait des étincelles en mêlant ordinaire et extraodinaire, vie de lycéens et SF. A partir de stéréotypes bien connus, l'auteur a réussi à créer un manga unique en son genre, d'une cohérence folle, bref un manga excessivement attachant pour peu que l'on tombe sous le charme.


Simatural

Publié dans Critiques Manga

Commenter cet article

kanux 25/12/2009 22:49


Je vois pas le rapport avec H2G2...même en ayant la plus large ouverture d'esprit... et Asimov m'endort...
euh?
bon, je devrais arrêter de nourrir les coms de cette fiche, cette série n'est juste pas pour moi, mais amusez-vous bien.


Simatural 25/12/2009 20:17


Merci pour le lien et surtout pour ton intervention, j'espère que grâce à cet échange, certains lecteurs du blog se sont laissés tenter. Ce serait une bonne idée de leur part ! :)


Kabu 25/12/2009 19:53


Je n'ai jamais dit que tu critiquais trop la série. Et même si c'était le cas, j'ai du mal à voir ce qui me filerait le droit de t'imposer ma vision des choses.

Non, si j'ai posté ces commentaires c'est pour apporter certaines précisions sur la série à un article que j'ai ma foi bien apprécié.

D'ailleurs, si tu veux de la lecture sur le côté romance de haruhi, j'avais posté un petit pavé sur anime-kun qui
traitait pas mal de cet aspect là.
http://www.anime-kun.net/webzine/article-elle-se-debat-dans-sa-cage-mais-ne-veut-pas-la-quitter-220.html

kanux > En lisant/regardant Haruhi, il ne faut pas s'attendre à du Asimov. Même en considérant le côté SF, l'esprit y reste plus proche d'un H2G2 que d'un Hypérion. Après, si ce genre ne
t'intéresse pas, pas la peine de t'attarder dessus...


kanux 24/12/2009 18:36


Ben m'sieur sim, l'anime j'ai arrêté au bout de quatre épisodes... nullissimes.


Simatural 24/12/2009 17:43


Je savais bien qu'un lecteur de sf aigri comme toi n'allait pas aimer. :)

Le manga est pour moi le format le moins bon ; je préfère (de loin) l'animé. Mais bon, si tu n'accroches pas du tout au format papier, j'ai tout de même peu d'espoir pour les autres !