Fiche n° 312 : La Terre gaste de Michel Rio

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
Au début du douzième millénaire, sur une terre ravagée d’où l’homme a disparu, un être solitaire pénètre dans la Montagne où se trouve la machine majeure inventée par l’esprit humain : une colossale Mémoire contenant toutes les informations de l’espèce depuis son aube jusqu’à sa fin. S’instaure alors entre l’être solitaire, qui n’est autre que Merlin, le mythe ou l’homme qui ne meurt pas, et la Mémoire, un ultime dialogue sur l’espèce, l’intelligence, l’histoire et sa fin suicidaire. Dialogue d’autant plus mélancolique qu’il est comme un écho dans le vide, anachronique, gratuit, prononcé par une ombre et une machine, bien après l’apocalypse de toute chair vivante, dans une sorte de nostalgie universelle.

Mon avis :

Michel Rio écrivain de littérature blanche, connu pour ses enquêtes de l'inspecteur Malone ou de ses réécritures du cycle arthurien, nous livre avec cet ouvrage un court roman post-apocalyptique.

La terre est vide. Après des années de survivance sous terre, les humains se sont tous éteints. Sur terre plus aucun mammifère, oiseau, reptile n'a survécu à la pollution engendrée par l'homme, les réserves d'eau y compris les océans sont pratiquement épuisées, et même la végétation n'ont pas survécus. Dans ce désert le silence règne. Depuis plus d'un siècle plus rien ne vit.

Plus rien ? si, un homme? (mais est ce vraiment un homme?) Il se dirige vers une sorte de montagne contenant l'ordinateur géant construit par les hommes à l'intérieur duquel seul un être doté d'une intelligence suffisante peut rentré. Le dernier homme sera le seul à pouvoir y pénétré. De ces mots il réveille LA Mémoire. Un dialogue philosophique s'instaure alors sur l'homme, ses responsabilité, la possibilité d'un avenir, la raison, la fiction, le mensonge, la politique, la religion, le langage...

Et quel dialogue! Complexe, scientifique, élitiste meme. Pourtant vif, intelligent et qui fait réfléchir. Rio est un écrivain difficile. Mais si on s'accroche on peut vriament retirer du plaisir de ce petit livre. A lire et à relire je pense pour tout saisir.

Rio se sert de la science fiction pour créer ce dialogue plutôt qu'il ne fait de la science fiction pour la science fiction. Ne compter pas découvrir un univers ou assister à une aventure. Il ni à rien sinon le langage. Un langage travaillé recherché.

7/10 Un livre intelligent, qui se la joue un peu. Réservé à ceux qui ne comptaient pas mettre leur cerveau en vacance cet été.

Mitificus

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article

Simatural 20/07/2009 10:09

Auteur inconnu au bataillon pour ma part. Si l'univers post-apo m'intéressait bien, j'ai pour l'instant une pile de lecture si conséquentes qu'elle pourrait se faire passer pour la Tour Eiffel.

Je garde le livre en mémoire, et si jamais une sortie poche est prévue, je crois que je me laisserai tenter.