Fiche n° 288 : Fugitifs sur Terra II (1/2) de Cric et Verron

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :

Un coup d’état éclate sur Terra II. L’héritière du trône, une petite peste, doit fuir en catastrophe. Après le crash de son vaisseau, elle se retrouve bientôt perdue en pleine forêt avec la fille du cuisinier du palais et un jeune paysan un peu gauche. Les fugitifs, pourchassés par les troupes rebelles ne pourront compter que sur eux-mêmes et sur Bakou, orang-outang génétiquement transformé pour être l’une des plus redoutables armes de guerre que l’on puisse imaginer. Verron et Cric, les nouveaux auteurs de Boule et Bill, se lancent dans une passionnante aventure qui renouvelle totalement le genre de la bande dessinée tout public.

Informations complémantaires :
tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=33281
tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=33283 (à paraître)

Mon avis
:
Fugitifs débute avec une course-poursuite entre deux vaisseaux spatiaux. S'ensuivent des tirs de missiles et un crash. Une porte s'ouvre alors et les survivants ne tardent pas à se faire connaître : deux jeunes filles et un orang outan. Le trio s'agrandit rapidement avec l'arrivée d'un jeune garçon qui a observé la scène du haut d'une éolienne. Les agresseurs reviennent alors à la charge pour tenter de finir leur travail et se mettent à bombarder le groupe récemment formé. Ces derniers prennent leurs jambes à leurs cous et deviennent des fugitifs... Fugitifs, c'est un peu le croisement raté entre une BD d'Arleston et la série Seuls.

Les premières pages balancent le cadre de l'histoire. Cinq cases suffisent à retracer l'histoire de l'humanité depuis nos jours jusque loin loin dans le futur. "Emballé, c'est pesé !" L'élément science-fictif n'est qu'un prétexte pour abriter une histoire que l'on devine rapidement destinée à un public plutôt jeune.

Passons maintenant aux personnages principaux. De la princesse indienne imbue d'elle-même au paysan naîf en passant par le singe, pardon l'orang outan transgénique qui jour le rôle d'un protecteur, nul cliché ne nous est épargné. Mais tous trois ne peuvent rivaliser avec la blondinette de service qui décroche la palme du personnage le plus insupportable de l'année. Fashion victime (ventre découvert et jean taille-basse), Tiph (c'est son nom) prend la pose dans toutes les cases où elle apparait. Le ridicule n'est pas loin. Je vous ai parlé du militaire hargneux et stupide. Non ? Bah, il fait une apparition remarquée.

L'histoire avance vite, trop pour ne pas paraître naturelle, pas assez pour que l'on n'ait pas envie de jeter la BD. Les enjeux sont rapidement connus ; il ne s'agirait pas de perdre le lecteur dans la complexité des intrigues... ou du graphisme. Ce ne sont pas les dessins qui vont dépareiller ; la plupart du temps les cases sont vides, sans aucun décor. Même constat de pauvreté pour l'humour. Des "Hihihihi" et des "Hahahaha" voire un même un étrange "Hmmfhihi" indiquent les moments où le lecteur est supposé rire au cas où ce dernier n'aurait pas compris. Navrant !

2/10 N'y allons pas par quatre chemins ! Fugitifs surfent sur les succès actuels dans lesquels elle pioche toutes ses idées. Sans saveur et sans talent, voilà une BD à éviter ! On vous a parlé de Seuls ?

Simatural

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Hannibal Lecteur 02/07/2009 21:25

Si j'avais lu votre critique avant, je n'aurais pas eu besoin de ramener cette BD où je l'avais achetée pour l'échanger contre une autre!
Bien que le dessin de Verron soit très agréable et change de Boule et Bill, j'ai été très déçu par le scénario : un ramassis de poncifs!
Dommage...

Thomas 26/06/2009 15:29

Lu vite fait cette BD au F.... hier, franchement, je trouve qu'elle frôle de très près le Génie avec un grand J. Les dialogues sont d'une rare merveille, c'est tellement gouailleur qu'on se croirait dans un film dialogué par Michel Audiard lui-même, et les dessins ! et les couleurs ! Ah, je me sens lyrique d'un coup !Franchement, c'est tellement novateur, tellement maîtrisé, qu'il faudrait que Pixar s'empare direct des droits, ça fleure bon l'affaire du siècle !
Après ça, je trouve dommage qu'Albanel ait été virée. Franchement, quand on lit ça, on a envie, vraiment, que le droit d'auteur, et donc Hadopi, soit défendu bec et ongles pour que nos artistes puissent se nourrir et continuer à nous sortir de délicieuses petites merveilles comme celle-ci !
J'en reste rêveur !

C... 26/06/2009 14:01

Comment ça pas de décor ??? et les pots de peinture jaune ???
J'ai été moins agacé que toi à sa lecture, mais au final, Fugitifs, c'est juste une bd vide qu'on oublie vite...