Fiche n° 289 : Le Feu de Dieu de Pierre Bordage

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
Franx a prévu le cataclysme planétaire qui détruira une grande partie de l'humanité. À l'aide de trois autres familles, il a réalisé une arche dans un coin perdu du Périgord, un domaine appelé le Feu de Dieu prévu pour une autonomie totale de sept ou huit ans, afin de passer les années difficiles. Mais les familles se sont lassées, disputées, et ont abandonné le projet l’une après l’autre.
L’histoire commence quand Franx, à Paris pour quelques jours et apprend que ses amis les plus fidèles viennent à leur tour de quitter le Feu de Dieu, y laissant seuls sa femme et ses deux enfants. Seuls ? Pas tout à fait : Jim, un parasite, s’est incrusté dans la communauté et ne semble pas décidé à en partir.
Quand le cataclysme se déclenche sous ses yeux à Paris, Franx comprend tout et décide derentrer immédiatement chez lui. Il entame alors son périple dans un pays dévasté, une
obscurité perpétuelle et un froid de plus en plus intense. Au sortir de Paris, une femme
mourante lui confie sa petite fille muette qui semble autiste mais n’est peut-être pas
étrangère aux visions et aux perceptions étranges de Franx. À deux, ils vont entreprendre l’impossible voyage vers le Périgord, peinant à pieds dans des ténèbres perpétuelles.
Pendant ce temps, dans le Feu de Dieu, Alice et les enfants transforment l’arche en bunker autarcique dont Jim se croit bientôt le maître…

Informations complémentaires :

http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=32039

Mon avis :
Un nouveau Bordage, c’est toujours quelque chose de particulier, même si la productivité de l’auteur vendéen fait que l’attente entre chaque nouvelle parution n’est jamais très longue. Cependant, si Pierre Bordage reste un de mes auteurs préférés, l’objectivité me pousse à reconnaître que ses dernières productions, si elles restent d’excellentes facture (en particulier Porteur d’Ames, très réussi), ne sont plus du niveau des Wang ou autres Guerriers du Silence.

Et pourtant, Le Feu de Dieu tire parfaitement son épingle du jeu en offrant un récit très agréable à lire, angoissant à souhait, captivant, qui ne peut que réjouir les fans du genre.

Le cataclysme survient très tôt, ce qui a pour effet de surprendre par la soudaineté de l’action, mais également de plonger directement le lecteur dans le vif du sujet. On alterne entre Franx et sa famille, la survie en territoire hostile et la survie en espace confiné…

L’ambiance de fin du monde est rendue avec justesse, même si l’on peut déplorer une certaine lourdeur qui se fait ressentir lorsque Bordage aborde les problèmes liés aux actions de l’homme. Dans Wang ou Les Derniers Hommes, ces critiques implicites avaient le mérite de rester, justement, implicites. Ici, c’est assez lourd, et on se retrouve avec l’impression que l’auteur a besoin de tout expliquer, comme s’il ne faisait pas confiance au lecteur pour tirer les conclusions qui s’imposent. Dans un soucis de bien faire, Bordage en fait trop, ce qui gâche (très très légèrement, évidemment) le plaisir de se laisser porter par un monde ne totale dérive.

Mis à part ce petit point noir, Le Feu de Dieu est, dans l'ensemble, un roman post-apocalyptique très efficace, qui se lit d’une traite et tient le lecteur en haleine jusqu’à la fin…Une fin un peu ratée à mon goût (je ne peux en dévoiler les raisons ici…) mais qui ne gâche en rien le plaisir tout simple de se plonger dans un livre et de le dévorer.

S’il ne signe pas ici son meilleur ouvrage, Bordage fait toutefois preuve de son immense talent en s’attaquant à un genre ardu, et en s’en sortant fort bien !

7/10 L’Odyssée version post-apocalyptique par Pierre Bordage, ça donne Le Feu de Dieu, un roman réussi, accrocheur, qui a tout pour plaire ! Une excellente SF !


Etienne

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article