Fiche n° 322 : Le Miroir aux Eperluettes de Sylvie Laîné

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
En six nouvelles, Sylvie Lainé explore le thème de la rencontre et de l’autre. Même s’il vient d’ailleurs, cela reste toujours une entité, un être à découvrir et peut-être à aimer. Laissez-vous entraîner vers l’inconnu. Il est tout proche. Il nous connaît déjà...
Six textes savoureux de douceur et de précision. Une science fiction sensible, passionnante et intelligente. Née en 1957, Sylvie Lainé a multiplié les nouvelles ces dernières années, accumulant les prix et les récompenses. Voici enfin le premier recueil regroupant une partie de ses meilleurs récits. Contient Un signe de Setty, Prix Rosny aîné 2003.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=27082

Mon avis :
Après l'excellente surprise constituée par Espace insécable, j'ai eu envie d'aller jeter un coup d'oeil du côté d'un autre recueil de l'auteur, le premier en fait publié par les éditions actusf. Je ne présenterai pas le thème développé dans le receuil, la quatrième de couverture puis la préface de Jean-Claude Dunyach le font bien mieux que moi. Aussi vais-je m'attacher à vous décrire mes impressions de lecture nouvelle par nouvelle, en essayant toutefois de ne pas trop en révéler.  

Depuis de longs mois, un homme épie une jeune et belle jeune femme à la terrasse d'un café. Il espère qu'un jour, celle-ci lui confiera le terrible secret qui la hante et lui fait verser le contenu d'une étrange fiole dans son verre. Cette nébuleuse nouvelle où la chimie convoque la magie du souvenir lance le recueil sur de très bon rails.

La suivante interroge la complexité du cerveau dans une explosion sensorielle qui ne vous laissera pas indifférent. Le cablage d'une nouvelle technologie sur le nef optique de patients volontaires permet de corriger la vue. Cependant, les résultats obtenus semblent très aléatoires. Mais serait-ce différent si l'on utilisait sur une personne qui n'a jamais vu.

Amère et triste, Thérapie douce raconte l'expérience d'un amour impossible qui semble avoir été programmé. Superbe, peut-être la plus belle histoire du receuil !

La mal-être décide une femme à tout bouleverser dans son physique pour, enfin, attirer le regard de l'homme qu'elle aime. Quand la recherche de la différence conduit à la perte d'identité...

Créer un paradis virtuel est enfin possible. Malheureusement pour Léa, il n'est pas la hauteur de ses attentes : trop statique, trop prévisible, en définitif, trop ennuyeux. Suite à une discussion avec son meilleur ami qui se trouve aussi être un informaticien, elle décide d'intégrer à son monde alternatif une intelligence extra-terrestre comme IA. Une nouvelle réussite dont la fin mi-figue mi-raison clôt idéalement le recueil.

8/10 Le Miroir aux Eperluettes aborde le thème de la rencontre avec l'autre - qui qu'il soit. C'est souvent triste et cruel mais toujours touchant et intelligent. Six superbes nouvelles pour six petits euros, à ce prix-là, c'est presque donné !  

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article