Fiche n° 337 : Les Aigles de Rome (livre I) de Marini

Publié le par C...

Couverture :

Résumé :
Dans la Rome d'Auguste, Ermanamer et Marcus lient leurs destins par un pacte de sang. Mais leur amitié pourra-t-elle résister à la démesure de l'Empire ?

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26656

Mon avis :
       Je n'accroche pas à ce que fait Marini en règle générale. C'est beau, c'est bien fait. Mais je trouve que ça tourne souvent un peu en rond, avec toujours les mêmes héros "charismatiques" bruns, avec un bouc et des cheveux longs, la brune intriguante et la blonde. Mais là, ça se passe à Rome, sous le principat d'Auguste, donc je me suis laissé tenter. Et puis, y avait pas de type avec un bouc sur la couverture...

       Tout d'abord, je dois dire que Marini réussit là où beaucoup ont échoué. Il parvient à faire une bd "historique" plutôt cohérente. On est loin de la rigueur et de la précision de Murena, mais l'ensemble fonctionne sans accroc. Et puis Marini ne semble pas vouloir jouer dans la même catégorie que Dufaux et Delaby. Place ici à l'action et au divertissement, où Rome ne sert que de cadre à l'histoire, et non pas de pièce centrale, comme dans Murena.
Visuellement, on retrouve les qualités de Marini évoquées au départ. C'est beau, c'est bien foutu, les décors sont superbes. Et même si certains batiments détonnent un peu si on cherche vraiment la petite bête (batiments pas aux bons endroits, couleurs criardes sur certaines colonnes, fausses inscriptions...), l'ensemble reste très cohérent (les tenues notamment...) et on se retrouve parfaitement immergé dans la forêt de Germanie, Rome ou les campagnes environnantes.

       Pour l'intrigue et les personnages, c'est à peu près la même chose. On est face à une histoire on ne peut plus classique. Un fils de chef germain se retrouve offert à un riche romain par l'empereur. Celui ci va devoir cohabiter avec son autre fils. Tout les oppose, l'un est blond, l'autre brun, l'un utilise la force, l'autre son intellect. On suit leur éducation au fil des ans, avec leur rivalité et leur complémentarité. Jusqu'à ce que l'un sauve l'autre et qu'ils deviennent liés à jamais. Ultra classique n'est ce pas ? (et encore, j'ai passé l'histoire avec la fille...) 

       Pourtant, ça fonctionne plutôt bien. Les quelques mots latins, bien qu'un peu isolés et décallés, participent également de cette ambiance générale plutôt réussie. Le rythme est soutenu, et on ne s'ennuie pas une seconde face à ce mélange d'action et d'intrigue (plus d'action quand même). Et ce, malgré la fin, qui tombe un peu dans la caricature orgiaque de Rome, qui ressemble plus à un lieu de débauche nocturne qu'à une cité impériale. Et puis le flash-back final laisse entendre une suite intéressante.

7/10  Loin du niveau de Murena (mais ce n'est pas non plus le but), les aigles de Rome parvient cependant à nous plonger avec succès dans la Rome impériale, grace à des décors superbes et cohérents. L'histoire est très classique, certes, limite caricaturale parfois, mais elle fonctionne plutôt bien. Un très bon divertissement donc, qui laisse espérer une suite de qualité.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Simatural 20/08/2009 17:55

Une bonne BD mais comme le dit C..., il y a Murena et là, du coup... Vivement le prochain Murena d'ailleurs !