Fiche n° 339 : Le Tsar fou de Tarek et Chouin

Publié le par C... et Etienne

Couverture du tome 1 :


Tome 1 L'habit ne fait pas le roi

Résumé :
Pour être proche de ses sujets, le Tsar se promène " incognito " dans les rues de Saint-Pétersbourg. Or, justement, pour son extraordinaire ressemblance avec... " le souverain ", voilà son altesse enlevée ! Quel destin attend alors le vrai tsar devenu un vrai-faux tsar ? Surtout, quel sort réservera-t-il aux conspirateurs ? Inspirée d'un aphorisme oriental, cette géniale parodie de la Grande Russie et du pouvoir est signée Tarek (Sir Arthur Benton) et Lionel Chouin (Les Mémoires mortes).

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=16134

Notre avis :
       Tout d'abord, que ce soit pour les couvertures ou l'esthétique interieure, la moindre des choses est de signaler l'originalité du dessin. Pas forcément ce qu'il y a de plus beau, celui-ci a pourtant l'avantage d'être léger, fluide et particulièrement bien adapté à l'histoire. Les jeux d'ombres et de lumière sont plutôt bien faits, et la mise en forme sert au mieux l'action.

       L'histoire en elle-même est traitée avec la même légèreté. Parodie du pouvoir, intrigue, violence (ben oui, y a des éxécutions, du sang et tout...), le tout dans un humour décallé qui fait mouche la plupart du temps. Les dialogues ne manquent pas de sels, les personnages, d'intérêt et l'histoire, de nombreux quiproquos illarants. 

       Au final, sous cette apparente légèreté, ce premier tome cache une intrigue passionnante et une critique bien sentie du totalitarisme. En somme, le tsar fou constitue un excellent divertissement, particulièrement intelligent.
Un seul bémol cependant, mais très léger. Les "C" sont assez énervants dans la police choisie. Ils ressemblent à des parenthèses ouvertes, ce qui rend la lecture parfois un peu confuse.

8/10  Que ce soit dans les dessins ou le scénario, le tsar fou cache sous une apparente banalité un petit trésor. Simples, les dessins sont parfaitement adaptés à l'intrigue, celle ci se revélant plus complexe et riches en rebondissement qu'il n'y parait de prime abord. Une excellente surprise au final que ce premier tome.


*********************************************************************************************


Tome 2
Un derviche peut en cacher un autre

Résumé :
Le Caucase est en ébullition... Or, le Tsar a une idée géniale pour rétablir son autorité : devenir le Khan de toutes les tribus révoltées ! Dans cette région de tous les dangers, des épreuves ô combien picaresques attendent le souverain ainsi que son fidèle faire-valoir... Mais un étrange derviche se présente sur leur route : peut-on lui faire confiance ? Une parodie de la Grande Russie et du pouvoir signée Tarek (Sir Arthur Benton) et Lionel Chouin (Les Mémoires mortes), aux nombreuses références : de Don Quichotte à Tintin !

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=21307

Notre avis :
       Graphiquement d'abord, le dessin est le même, nous ne nous attarderons pas trop dessus. A noter quelques essais plutôt réussis de changement d'aspect, avec notamment un passage en noir et rouge où les personnages sont perdus dans le désert.

       Pour ce qui est du scénario, ce deuxième tome réussi à rester très proche du premier, tout en se renouvelant considérablement. En effet, la critique du pouvoir, fil directeur de la série est toujours bien présente. Le principe de déguisement du tsar, et donc des quiproquos qui en découlent reste inchangé. Mais à coté de ça, le cadre change totalement, de St Pétersbourg, on passe dans le Caucase, où le tsar veut se faire élire Grand Khan, pour restaurer la paix et unifier les peuples.

       Que dire de plus ? Ce deuxième tome est toujours aussi bien foutu que le premier, voire mieux. Encore plus drôle, avec des références permanantes, à Cervantes entre autres (dès la couverture). Avec des personnages encore plus typés (du guerrier du Caucase au derviche "imaginaire"). Bref, ce deuxième tome est vraiment dans la continuité du premier, en plus abouti. Avec des scènes mémorables, des épreuves à la bataille finale, en passant par les apparitions du derviche... Un réel bonheur.

8.5/10 Toujours aussi drôle, léger et bien foutu, ce deuxième tome réussi même à surpasser son prédécesseur. En changeant de cadre, les auteurs renouvellent l'histoire en gardant les thèmes qui avaient fait sa qualité. Et L. Chouin se permet queqlues essais plutôt réussis dans le dessin.


**********************************************************************************************


Tome 3
Vox populi, vox dei

Résumé :
Quand la révolte gronde, le Tsar organise des élections ! En sillonnant son vaste Empire dans un train spécial, il inaugure la première campagne électorale "libre". Or, une bande de conjurés, humiliés par le Tsar, compte bien sur cette balade ferroviaire pour l'éliminer. Mais le Tsar, pas "si fou", a prévu d'autres réjouissances... Un superbe final clôt cette trilogie parodique de la Grande Russie et du pouvoir, signée Tarek (Sir Arthur Benton ; Les 3 petits cochons ; Tengiz...) et Lionel Chouin (Colt Bingers ; Les Mémoires mortes).

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=31325

Notre avis :
       Toujours cette bonne habitude de commencer le tome par une planche composée d'une seule case. Ici, on est tout de suite dans l'ambiance. Le tsar est en pleine dépression. Le pays est en crise, vieillissant. Il est temps de réagir. Le tsar décide donc d'organiser des élections, et de partir en campagne à travers le pays.
Toujours aussi vif au niveau du dessin, ce troisième tome est sans doute le plus drôle. Avec des phrases cultes, genre "la politique est une chose trop sérieuse pour la confier à des ministres" ou des réferences parodiées, comme le discours de De Gaule, ou l'Internationale.

       Cependant, ce dernier tome perd une chose au niveau de l'histoire qui avait fait la réussite des deux premiers : le déguisement. Ici, pas de tromperie de la part du tsar. Il part lui même en campagne. Résultat, finis les quiproquos. Et c'est bien dommage. Le scénario va se résumer en un jeu de magouilles entre le ministre qui veut remetre les anciens ministres en avant et évincer le tsar, et le dit tsar qui s'est bien rendu compte de son petit jeu. Le tout dans un cadre de campagne électorale et de voyage en train.

       C'est sur, ce troisième tome est bon. mais on a moins accroché que pour les deux premiers. Plus drôle que les autres, c'est cependant peut être le moins subtil (Même si la critique du pouvoir reste toujours aussi bien sentie et bien amenée).

7.5/10 Un bon troisième tome, cependant légèrement inférieur aux deux premiers. Il n'empêche qu'avec lui se termine plutôt bien une série surprenante, qui nous aura accrochés du début à la fin.


Bilan général de la série :
       Trois tomes dévorés en à peine plus d’une heure, un énorme sourire une fois le dernier tome refermé. Une trilogie qui ne s'essoufle pas au cours des tomes, d'une qualité assez proche, tant graphiquement que scénaristiquement. Une histoire assez classique de prime abord, mais plus complexe qu'il n'y parait, et qui nous tient en haleine du début à la fin. Avec des dessins typés, auxquels on s'adapte rapidement, et qui se retrouvent, au final, parfaitement adaptés à l'action.

C... et Etienne

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article