Fiche n° 261 : Paris - New-York, New-York - Paris de Raphaël Drommelschlager

Publié le par C...

Couverture :

Résumé :
Gaspard de Saint Amand, patron de la World « G » Company, l’un des hommes les plus influents du business international, fête ses 40 ans à New York. Mais ce jour-là, tout s’effondre. Son médecin lui annonce qu’on vient de lui déceler une tumeur au cerveau. Il lui reste tout au plus six mois à vivre. Effondré, Gaspard décide de consacrer cette brève période à un seul objectif : renouer avec Anna, la jeune femme qu’il a autrefois passionnément aimée, et qu’il n’a jamais oubliée. Il ne peut pas, toutefois, recréer de tels liens directement. Anna en effet, qui vit à Paris, se refuse à tout contact avec Gaspard, qu’elle tient pour responsable de la mort de son frère. Mobilisant toutes les ressources de son immense fortune, Gaspard met au point un plan complexe afin de reconquérir malgré tout la jeune femme par procuration : le propre frère de Gaspard, Mathieu, entre en scène.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=33459

Mon avis :
        Trois personnages, trois couleurs, trois ambiances, deux villes, une histoire... Paris-New York utilise un procédé qui a déjà fait ses preuves (avec l'excellentissime Berceuse assassine par exemple), raconter la même histoire, avec trois points de vue différents (ici, réunis dans ce seul volume). Chacuns apportant son lot de retournements de situation, de manipulations, d'explications, de surprises.

        D'abord le bleu, Gaspard, l'homme d'affaire, qui apprend qu'il ne lui reste que 6 mois à vivre. Il décide d'arranger sa succession, de retrouver son ex... Le rouge ensuite, l'ex en question, Anna, Parisienne, amenée à New York sans savoir pourquoi. Puis vient le vert, Mathieu, le frère. Avec lui, toutes les réponses. Le scénario s'envole. Un homme joue le rôle de lien mystérieux entre ces 3 points de vue, le Dr Ned Starkhan.

        Visuellement, et quelle que soit la couleur utilisée, l'ambiance est excellente, avec des dessins plutôt bons, simples mais efficaces, et une colorisation originale en noir et blanc auxquels s'ajoute la couleur choisie pour le "chapitre". Le changement d'atmosphère se fait très agréablement, surtout de la froideur du bleu à l'ambiance beaucoup plus douce de ce rouge orangé.

        Certes, les emboitements de l'histoire et les retournements de situation sont parfois un peu faciles. On peut aussi noter quelques problèmes au niveau du rythme, parfois trop rapide, parfois trop lent, avec certains passages ne semblant être là que pour meubler ou atteindre un certain nombre de pages. Mais au final, grace à cette idée intéressante (à défaut d'être totalement inovante), Paris-New York parvient à nous tenir en haleine jusqu'au dernier moment, avec un scénario bien monté, une narration très immersive et un rythme dans l'ensemble soutenu.


8/10  Trois personnages, trois couleurs, une histoire. Une construction passionnante, un scénario bien mené avec son lot de manipulations et de retournements de situation. Paris-New York, fait mouche, et ce malgré quelques facilités.


C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

mitificus 09/06/2009 22:58

Je suis d'accord: one shot plutôt bien foutu. C'est sympa d'avoir ce coté plusieurs points de vues différents dans un seul volume, meme si bien sur on ne peut pas s'attendre à ce que ce soit aussi aboutit que "berceuses assassines" ou "quinttet" cela dit l'ambiance graphique est tellement sympa que ça rattrape un peu les manques. bref à lire! (en plus l'auteur est très sympa...)