Fiche n° 259 : Les Sentinelles de Xavier Dorison et Enrique Breccia

Publié le par C...

Couverture du tome 1 :

Résumé :
En 1911, lors de l’intervention française au Maroc, une section secrète de l’armée, la division « Sentinelles », teste sa nouvelle arme : Taillefer, un soldat sur lequel ont été greffés des membres métalliques. Insensible aux balles, déchirant les barbelés comme du papier, le soldat d’acier semble indestructible… Jusqu’à ce qu’il s’arrête net au beau milieu du combat. Ses batteries sont à plat !
En 1914, inspiré par les travaux de Pierre et Marie Curie, Gabriel Feraud, jeune scientifique, conçoit la pile au radium. Le colonel Mirreau entrevoit alors les potentialités d’une telle énergie sur ses Taillefer… Mais Feraud, antimilitariste, refuse… La guerre est déclarée, Feraud mobilisé. Le 8 août 1914, il est fauché par un obus allemand et amputé de tous ses membres. Transporté à l’hôpital, Mirreau lui fait une proposition : donner la pile au radium au docteur Kropp, le « créateur » des Sentinelles, et devenir le nouveau Taillefer…

Informations complémentaires :
Tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=27515
Tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=32694

Mon avis :
       A l'époque de la sortie du premier tome chez Robert Laffont, je me rappelle l'avoir ouvert, fait beurk, et l'avoir refermé. En effet, comme pour WEST, l'aspect visuel n'attire pas. Pourtant, si les couleurs sont un peu criardes et le dessin semblant sorti d'une autre époque, ils contribuent à faire des Sentinelles une bd à part, avec une forte identité. Et puis, de la même manière, une fois plongé dans l'histoire, on ne fait plus attention, et on se demande même comment les dessins auraient pu être autres, tellement ils collent à l'ambiance. (Je rend grace donc à cette réédition chez Delcourt qui m'a poussé à franchir le pas...)

       Et puis scénaristiquement. Que dire ? Dorison. Dans un contexte d'avant guerre, d'explosion de la science, une invention (la pile à radium) se retrouve être l'enjeu d'une guerre psychologique entre son inventeur antimilitariste, et un gradé, qui veut s'en servir pour reformer une unité d'élite : les Sentinelles. Finalement mobilisé et gravement blessé, il livre ses plans, et devient Taillefer, "créature" de métal, seul espoir de victoire contre l'Allemagne.

       En partant de la réalité historique, Dorison nous livre encore une fois un scénario d'une rare inventivité, prenant, avec des personnages fouillés, des retournements de situation comme il sait si bien les faire, avec en toile de fond les conneries de la guerre. On doute des rôles de chacun, chaque détail compte. Et puis le tout est servi par une narration et des dialogues crus, avec un vocabulaire d'époque, très immersif, et d'une grande classe.

       Alors bien sur, c'est difficile visuellement au début, la mise en page est parfois assez dure à suivre (enchainement des cases pas évident). Et puis le deuxième tome est peut être un peu moins riche en surprises (mais quelle classe). Mais voilà, on ne s'ennuye pas une seconde, on est une nouvelle fois face à une bd qui vaut vraiment le détour, et qui ne se dévore pas en 30 secondes.

8/10  Une nouvelle claque signée Dorison. Originale visuellement et scénaristiquement. Tout est géré de main de maitre. Sur fond de première guerre, une troupe de soldats se retrouve envoyée au front, derrière un homme de fer. Et puisqu'il s'agit de Dorison, vous vous doutez bien que l'histoire ne s'arrête pas là.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article