Fiche n° 234 : La Saison de la Couloeuvre de Michaud et Lehman

Publié le par C...

La saison de la coulœuvre (tome 1)



Résumé :
Vous voulez savoir qui vous êtes ? Les descendants d'un grand peuple, voilà qui vous êtes. Quand tout était encore chaud et dense, vous étiez déjà là. Vous viviez sur un monde artificiel que vous aviez vous-mêmes placé en orbite autour du centre galactique. Le monde des Mohaïs. Le monde M. Vous l'avez oublié, mais vous étiez de sacrés ingénieurs.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26239

Mon avis :
Il est difficile de commencer cette critique sans souligner la qualité visuelle de ce volume. Tout de noir, bleu et blanc, La saison de la couloeuvre est tout simplement magnifique. En dehors de la gestion de ces 3 couleurs, le trait, les décors fouillés et précis, les personnages, les jeux d'ombres, tout est parfait. En fait, visuellement, la seule petite critique que l'on puisse faire se situe dans le premier passage à des couleurs plus traditionnelles. On sent le dessinateur moins à l'aise dans ce domaine, ce qui amène à une surcharge de rouge et de jaune qui détonne un peu. Le deuxième passage, s'il reste moins beau que les passages bleus est déjà plus abouti. Mais ne sur-interprétez pas mes propos. Même si ce passage à la couleur est moins réussi, il reste quand même très bon. C'est juste qu'on s'habitue tellement à cette froideur, qu'on est presque choqué par ce subit passage au rouge vif.

Pour ce qui est de l'univers, des personnages et de l'histoire en elle-même, je dois dire que je suis un peu plus mitigé. On se trouve pourtant face à un univers de science-fiction interessant, fouillé, original, cohérent. De nombreuses races extra-terretres, variées et complexes. Une histoire d'intersections permettant des passages rapides d'un point à un autre de l'univers, sortes de sas de téléportation. Des personnages interessants, sans qu'aucun ne prenne vraiment le pas sur un autre. Certes, on suit avec un peu plus d'attention les péripéties de Derec Finn, nouvelle recrue, chargé d'escorter pendant 100100 secondes (environ 28h) un formicien de passage à l'intersection 55. Mais les autres se retrouvent presque au même plan. Seulement voilà, l'histoire en elle-même, loin d'être classique, est sommes toutes un peu confuse. Des rapports complexes entre certains personnages, certaines races extra terrestres, entre le monde du dessous et celui du dessous, qui semblent donc parfois plus relever de la confusion que de la complexité. De même, ce passage brutal à la couleur semble indiquer l'explosion des émotions, de la violence, de l'érotisme, le tout symbolisé par cette apparition de la couloeuvre à la fin. Mais ça laisse quand même quelque peu dubitatif.

Au final donc, cette confusion semble prendre le dessus pour ce premier tome. Mais n'est ce pas aussi un des aspects interessants de ce volume et de la science fiction en général ? Ne pas apporter toutes les réponses d'un coup... Laisser le lecteur dans le doute, dans le questionnement... Espérons que les prochains tomes (2 normalement) apportent quand même quelques lumières.

7.5/10  Ce premier tome de La saison de la couloeuvre se balade sans cesse à l'intersection entre la confusion et la complexité. Quoi qu'il en soit, l'originalité de l'univers et sa profondeur suffisent à rendre ce tome très attrayant. Et puisqu'en plus, le tout est mis en valeur par des dessins sublimes, ce serait quand même dommage de passer à coté.




La saison de la coulœuvre (tome 2)



Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=32528

Mon avis :
L'essentiel étant dit dans la critique du tome 1, je ne vais ici m'attarder que sur les changements, les impressions générales, et les réponses apportées...

Visuellement, déjà, malgré la couverture qui est, il faut bien l'avouer, rose, et bien c'est toujours aussi bon. Mêmes détails, même colorisation froide, mêmes apparitions de couleurs, mais cette fois-ci plus diffuses, et mieux gérées je trouve. Avec 6 pages d'explications historiques sous la forme d'un vieux livre d'images en couleurs, ça change, et c'est plutôt sympa.

L'univers s'enrichit considérablement, et ce, même dans le passé. On découvre de nouveaux personnages, de nouvelles races extra-terrestres. On en apprend un peu plus sur le fonctionnement des toboggans, sur l'histoire de la religion, sur l'intersection 55. Bref, beaucoup de points laissés dans l'ombre ou trop confus au premier tome,trouvent une explication, une raison d'être. D'autres portes s'ouvrent pourtant, et on attend donc avec beaucoup d'interêt le tome suivant.

Et puis, si scénaristiquement ça reste assez simple (escorte, cérémonie religieuse, passages temporels, enquête...), La saison de la couloeuvre, c'est avant tout un univers d'une grande richesse, une idée originale et une ambiance planante, froide... Et à ce niveau, je trouve ce deuxième tome encore meilleur que le second.

8/10  Visuellement toujours aussi beau (malgré la couverture), ce deuxième tome répond à de nombreuses questions du tome 1, tout en prenant soins d'ouvrir quelques portes. C'est moins confus scénaristiquement, l'univers et les personnages gagnent encore en richesse et en profondeur. Le tout dans une ambiance froide et planante. Un très bon moment de SF.


C…

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article

Sreekstar 07/05/2009 15:18

Après lecture, ce second tome est excellent!!
On a de nouveau une ambiance graphique très réussi et le scénario amène beaucoup d'éclaircissement et d'autres pistes.
Excellent je vous dis!

Simatural 06/05/2009 17:32

J'ai enfin pu le lire et je suis d'accord avec la critique de C... L'univers est toujours aussi fouillé, les dessins aussi d'ailleurs. Y'a même un peu d'humour (je me rappelle pas en avoir vu dans le premier). Bref, tout est là pour faire une bonne bd de sf !

Eric 05/05/2009 23:33

c'est une affaire qui est en route... A confirmer ...

C... 05/05/2009 12:26

D'accord sur ce point... Moi j'ai beaucoup aimé aussi... Mais c'est vrai que cette confusion peut en déranger beaucoup... En tout cas, le second tome apporte beaucoup de réponses, d'éléments auxquels se raccrocher... (mais en fait je l'ai déjà dit ;-) )
Pour la dédicace, je crois que c'était en projet... à voir avec Eric pour une confirmation...

Sreekstar 05/05/2009 12:11

J'ai beaucoup apprécié le premier tome, j'y ai trouvé une ambiance graphique très réussi et qui fourmille de détail.
Le scénario est aussi bon, peut être un peu obscurs sur certains points, mais ca ne fait que rajouter au mystère de "La vie est une chose qui suinte".
Bref, je suis impatient de lire le second tome.

P.S.: Le critic organisera t'il une séance de dédicace?