Fiche n° 204 : Tribulations d'un précaire d'Iain Levison

Publié le par Meor

Couverture :


Résumé
Une licence de lettres en poche, Iain se devait de trouver un boulot. Dans son domaine? Que nenni, et pire encore. Au fil de nombreux jobs (précaires et ingrats) tous moins en rapport avec sa licence les uns que les autres, c'est le parcours des travailleurs précaires des Etats-Unis (mais pas que) qui s'illustre ici avec ironie et véracité …
Mon avis :
J'avais entendu parler de ce livre il y a quelques temps par une habituée de Critic, mais comme souvent j'avais mis le titre dans un coin de mon esprit. Jusqu'à tomber sur son édition en poche l'autre jour, dans une sympathique librairie du 5°... Et j'avoue ne pas avoir été décue de mon achat. Peut-être parce qu'au cours de ma licence — comme tant d'autres — j'ai fait des jobs pas toujours funs. Peut-être aussi parce que c'est un quotidien trop répandu. Mais sûrement car l'auteur a ce petit quelque chose qui fait de ce pan de vie plus qu'un simple récit de soi.
En effet l'écriture est personnelle et avec une certaine oralité, les réflexions de l'auteur quand aux diverses conditions humaines dans ces jobs ingrats à faire  perdre la tête — je vous promet que la majeure partie se passant en Alaska en regorge — relèvent certes du quotidien mais se teintent d'une fine ironie. Ce livre se dévore comme un récit d'aventures contemporain, regorgeant de tribulations innatendues. Se terminant pas si mal, puisqu'après tout ces expériences ont fait mûrir ce bouquin !
Bien entendu nombreux sont ceux qui s'y retrouveront, pour s'y comparer et se consoler (comme le dit l'adage) et il fait bon de lire un tel récit : littéraire et paisiblement dénonciateur d'un système bien établi.

8/10 : Vous aimeriez penser que tout cela n'est qu'un poisson d'avril, qu'il existe de nombreux boulots pour qui détient une licence de lettres, et que non tout est inventé, bien sûr... (car personne ne peut travailler en Alaska, il n'existe plus de livreurs de fuel non-cyborgs, que sais-je encore) ou que c'est probablement un roman d'anticipation ?

Mais cela serait sans compter que je n'aime pas les poissons d'avril et que par ailleurs je n'ai aucun humour…

Meor

Publié dans Critiques Autres

Commenter cet article

benoitreveur 01/04/2009 18:59

SUperbe chronique, sur un sujet helas bien vrai mais trop injustement méconnu