Fiche n °201 : Dans mes Yeux de Vivès

Publié le par Librairie CRITIC

Couverture :


Résumé :
" Depuis le moment où tu es venu me chercher devant la fac, j'avais envie de t'embrasser.
On parlait, on parlait, mais tu ne m'embrassais pas... "

Il la rencontre, un soir, dans une bibliothèque universitaire. Elle est étudiante, elle est séduisante, elle l'émeut immédiatement. Il va entreprendre de la conquérir, sans brusquerie, à pas comptés... De lui, on ne saura rien, ou presque. Mais l'on saura tout, en revanche, de la manière dont il la découvre et l'observe, dont il la désire, et de sa manière à elle de s'exposer, parfois plus et parfois moins, à ce regard masculin saisi par le sentiment amoureux.
Car toute la narration de Dans mes yeux - et c'est là l'un des tours de force de cet album véritablement bluffant, tant dans la forme que dans le fond - est menée de A à Z en caméra subjective et à hauteur d'homme, comme pour mieux convoquer le lecteur au coeur même de cette patiente, lente et profonde entreprise de séduction, du point de vue de ce narrateur silencieux dont on ne verra jamais le visage, dont on n'entendra jamais les mots.
Tous les menus événements ordinaires d'une vie de jeune adulte d'aujourd'hui s'y égrènent tranquillement - l'inviter au restaurant, au cinéma, l'écouter se raconter, subir ses copains rencontrés au détour d'un trottoir, aller ensemble à une soirée d'anniversaire... -, portés par une inventivité graphique et une justesse d'observation peu communes.
Informations complémentaires :
L'auteur : Très remarqué pour ses précédents livres sous la bannière de KSTR (notamment Le goût du chlore), Bastien Vivès déploie ici une nouvelle facette de son talent de dessinateur (Dans mes yeux est entièrement traité au crayon de couleur, dans une chromie très accrocheuse) et démontre avec cet album d'une grande maturité qu'il est déjà un auteur d'envergure, tout simplement.

Mon avis :
Que dire de plus que ce résumé ? Peut-être rien ? Pas grand chose en tout cas.
On se retrouve dans la peau d'un personnage intégré à cette histoire d'amour, des prémices à la rupture (oh le spoiler !!!) Le style subjectif, parfois intrusif, ainsi que l'écriture proche de l'oralité nous plonge très vite dans cette histoire. On prend plaisir à rencontrer cette jeune fille, esquissée à l'aide de rapides coups de crayons (même si l'impression de rencontrer une adolescente peut en dérouter plus d'un. On n'a pas tous forcément envie d'aller manger à Mc Do après la sortie de la fac...).
Au final, je dois dire qu'on passe plutôt un agréable moment. Seulement voilà... Que dire ensuite ? Se souvient on de ce qu'on a lu, une fois la BD refermée ? Personnellement non. A-t-on envie d'y revenir, même plus tard ? Non plus. Mais n'était ce pas l'intérêt de celle-ci après tout ? Juste faire une rencontre, passer un bon moment, puis passer à autre chose ? Peut-être... A vous de voir si vous en avez envie.
C'est dommage, Bastien Vivès a obtenu deux prix (à Saint-Malo et Genève) pour Le Gout du Chlore. On peut ne pas faire mouche à tous les coups.

4.5/10 On passe un bon moment, à condition d'avoir envie de rencontrer une jeune étudiante pour la soirée. Ou plutôt pour une petite demi-heure. Mais ça s'arrête là.

C...

Publié dans Critiques BD

Commenter cet article