Fiche n °189 : La Horde du Contrevent d'Alain Damasio

Publié le par Etienne

Couverture :


Résumé :
Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu'un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s'y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d'eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu'en Extrême-Aval ait été formé un bloc d'élite d'une vingtaine d'enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueules, leur vie durant, le vent jusqu'à sa source, à ce jour jamais atteinte : l'Extrême-Amont. Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m'appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l'éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l'azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l'ultime." Avec ce deuxième roman, Alain Damasio construit une oeuvre sans équivalent dans les littératures de l'imaginaire. Bienvenue au coeur d'un cyclone !
Informations complémentaires :
Le GF : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=11657
Le Poche : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=23897

L'auteur : Alain Damasio vit dans les personnages de sa Horde : il a de Golgoth l'énergie braque, d'Oroshi la soif de savoir, l'humanité de Sov le scribe et, par touffes, la troubadour-fantaisie de Caracole. On le dit né sur Terre, à Lyon, en 1969, sous le signe de Deleuze et de Nietzsche. Lorsque son garde-manger est vide, il réalise des études socio-économiques puis part s'isoler trois ans, au coeur du Vercors ou en Corse, afin de se consacrer à l'écriture. La Zone du Dehors, utopie politique parue en 1997 aux éditions Cylibris, a déjà tout du roman culte. Son oeuvre s'affranchit des catégories ordinaires. Science-fiction ou fantasy, épopée, poésie et philosophie, les genres convergent vers un plus vaste territoire : l'imaginaire. Arno Alyvan a plus d'un arc à ses cordes : tour à tour chanteur, compositeur et musicien, il met depuis dix ans les images en musique pour la publicité, la télévision et le cinéma, auprès de clients prestigieux. Jazz, rock, pop, rap, classique ou électro, l'éclectisme de ses goûts lui permet de transposer avec brio tous les univers visuels qu'il aborde. Lorsqu'il lit La Horde du Contrevent, l'envie de passer des mots aux notes l'amène à proposer ce concept de bande originale de livre. Pari tenu ! Né en région parisienne en 1972, saxophoniste de formation, il a déjà réalisé trois albums : Synop6 (éditions Ouartier Est), Mantra et Voyage de notes (autoproduits). Il signe ici son quatrième album.

Le CD (disponible seulement en GF) :  Ecoutez maintenant les mélodies organiques à l'élégance électro-pop, percutées de bruits bruts ; rehaussées d'harmonica, de guitare slide et de bouzouki. Entendez ces nappes riches tissées de voix chapechutées, de boléros souples, soudain déchirée de brefs textes. Le vent fluide enfle. La Horde marche, rythme et nous obsède. Laissez-vous guider par les trompes des pharéoles, traversez la Flaque à mi-torse et ne dites jamais "Fontaine...". Au livre-univers, Arno Alyvan compose le plus riche des échos : un disque-univers. Soixante minutes d'un album de créateur. A savourer avant ou après la lecture du roman.

Mon avis :

La Horde du Contrevent étant le seul livre de Damasio que j’ai lu, je ne peux juger de l’immensité de son talent, mais si le reste de sa production vaut la moitié de ce livre, alors Damasio est l’auteur français de SF le plus prometteur de ces prochaines années.

La Horde du Contrevent est un pur bijou. Réellement. Une merveille du genre, alliant une écriture fluide, claire, presque envoûtante, à des personnages profonds, un univers si riche, si immense que l’on ne peut en mesurer l’impact qu’il aura probablement sur la future génération d’auteurs.

Ils sont 23, Traceur, Eclaireur, Scribe, Orpailleur, Combattant-Protecteur, Géomaître, Sourcière, Croc, et chacun nous raconte sa vision de la remontée, avec son style, ses peurs, angoisses, son lot de souffrance, mais aussi toutes les merveilles rencontrées en chemin, la quête pour les 8 formes de vent…L’immersion est instantanée, totale, les personnages sont tous attachants, drôles, dangereux, les péripéties rythmées…
Durant ce périple, ils rencontreront différentes formes de vent, auxquelles ils devront s’adapter pour remonter vers l’Extrême-Amont, ce qui laisse place à des séquences sublimes, où chaque choc contre le vent est relaté avec une précision qui laisse le lecteur sur le carreau, sonné par tant de puissance.

Quant à la fin du livre, c’est l’apogée, la consécration d’une œuvre qui devrait laisser son empreinte dans l’univers SF pour des années….

 9.5/10 Un pur chef d’œuvre. Voilà les mots pour décrire ce livre merveilleux, entrainant, que l’on relit sans fin, et qui ne laisse jamais le lecteur tout à fait dans l’état où il l’a trouvé en l’ouvrant. Il faut lire ce livre.

Etienne

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article

Etienne 19/08/2009 14:28

Je crois que tout est dit...
Mon colocataire a lu un autre livre de Damasio, La Zone du Dehors, et qui a adoré (il lit par ailleurs quasiment aucune SF), donc j'attends ce livre avec impatience...
J'en ferais évidemment une critique pour le blog, cela va sans dire!

Micke 18/08/2009 22:08

Ce livre fut mon 1er livre de Sf et autant vous dire que la bourrasque m'a brusquement emporté. Un univers totalement incroyable, des personnages charismatiques, aussi riche les uns que les autres et une histoire, un combat, une quête impossible.
Rien que la joute de palindrome me rappelle de bon souvenir :)

Grand Prix de l’Imaginaire 2006, cela serait un sacrilège de passer à côté.

Simatural 11/03/2009 14:56

L'un des plus grands romans français de (SF) de ces dernières années. Ambitieux tant du point de vue du style que de l'histoire, le roman de Damasio ne manque pas de souffle (ahah). Petit regret, la fin est quand même très très prévisible...

A_girl_from_earth 10/03/2009 15:39

Je ne peux être que d'accord avec ce commentaire. L'univers de La horde du Contre-vent est vraiment très riche et le talent de l'auteur admirable! C'est un de mes coups de coeur également!
Un roman qui devrait absolument s'exporter! Les Américains ne sont pas les seuls à pouvoir produire de l'excellente SF!