Fiche n °191 : La Fabuleuse Histoire du Thé de Davoz et Wyllow

Publié le par C...

Couverture :


Résumé :

Ichi go ichi e... " une fois, une rencontre ", dit-on en japonais, et en esprit avec la nature ; il faut vivre l'instant présent, qui est un cadeau des Dieux... Comme le thé ! Donné aux hommes afin qu'ils connaissent la pureté, la sérénité, l'harmonie et le respect de toute chose dans la nature, le thé est davantage encore que la boisson la plus consommée sur Terre après l'eau : Il est plus qu'un art de vie ! Voici 5000 ans, une feuille légère, emportée par la brise d'un soir s 'approche doucement...
Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30618

Mon avis :

Cette "fabuleuse" histoire commence sur un bateau...

Jules Verne est en train de faire la sieste. C'est alors qu'il est réveillé par le capitaine Némo, qui sort de l'eau, à bord du Nautilus !!! Celui-ci lui explique qu'il lui a envoyé des pensées dans ses rêves à l'aide d'une machine pour lui "souffler" son histoire. Sans la moindre transition, il lui explique qu'il a également une machine à voyager dans le temps en sa possession et qu'il serait ravi d'en faire profiter un esprit aussi brillant. Mais où, et surtout, quand aller ? Jules Verne choisit de partir à la découverte de cette "fabuleuse" histoire (puisqu'on vous le dit) qu'est celle du thé, puisque son épouse en est friande...

Cette introduction va trop vite , manque de lien ? C'est normal. C'est pour mieux correspondre à cette histoire...
En effet, sous l'idée de raconter une histoire qui aurait réellement pu être passionnante, les auteurs commencent par nous l'annoncer par un scénario complètement abracadabrantesque. Que vient faire Jules Verne dans cette histoire ? Et le capitaine Némo ?

Résultat : on perd le fil. Les scènes se succèdent sans lien, et souvent sans grand intérêt. Le tout raconté par un narrateur qui se perd en blagues anachroniques, parfois assez douteuses.
Bref, cette histoire manque sévèrement de poésie, de calme, de toutes ces choses qui devraient être liées à toute histoire du thé.
C'est dommage, je trouvais pourtant que l'aspect extérieur était plutot joli. La couverture "moelleuse" est plutot attirante. Mais voilà, il y a tout le reste. A savoir, une trentaine de pages seulement, qu'on lit en 2h, le tout servi par des dessins souvent très laids...
J'aurai aimé lire les histoires du café et du chocolat pour comparer, remettre celle du thé dans un autre contexte. Mais franchement, je n'ai pas le courage.

2/10 Pas particulièrement joli avec un scénario dépourvu de sens, cette histoire du thé oublie le principal, la poésie. Vous pouvez passer votre chemin.

C...

Publié dans Critiques BD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Librairie CRITIC 14/03/2009 10:44

Je pense effectivement que l'éditeur a un vrai devoir envers ses auteurs. On ne décide pas de publier un ouvrage comme ça et puis de s'en laver les mains. Nous regarderons bien entendu avec beaucoup d'attention votre prochaine publication sans promettre de critique. Mais il est vrai que les histoires du Chocolat et du Café ne nous avaient pas interpelés plus que ça.

C... 13/03/2009 19:48

Bonjour.
Tout d'abord, merci d'avoir répondu à cette critique. Il va sans dire qu'il s'agit ici d'un point de vue très subjectif, dont j'assume l'entière responsabilité.
Je n'ai pas aimé cette fabuleuse histoire du thé, vous l'aurez compris, et ce, au delà des "coquilles" relevant du travail de l'éditeur, mais je n'ai pas la prétention de parler au nom de l'ensemble des lecteurs de cette BD. Vous le dites vous même, "il est impossible de plaire à tout le monde".
Quoi qu'il en soit, je me félicite qu'il y ait pu avoir un échange autour de cette critique, et je dois dire que je ne pensais pas déclencher une telle "polémique". Mais, après tout, c'est tout l'intérêt d'un blog, d'exposer un point de vue personnel, et ensuite de laisser les gens réagir, et d'échanger...

Au final, si j'assume cette critique, tout comme vous assumez cette histoire, que vous avez pris plaisir à raconter (et c'est tant mieux), je reviendrai juste sur un point. Je m'engage (sans trop de solennité non plus) à lire vos autres "fabuleuses histoires", pour comparer, et aussi pour vous montrer le même respect dont vous avez fait preuve, je trouve, en répondant avec tant de courtoisie.

Davoz 12/03/2009 18:24

Bonjour, je suis l'auteur de la collection "la fabuleuse histoire"...
Désolés... Le dessinateur et moi-même sommes désolés, pour ne pas dire plus, de constater l'étendue des dégâts à la sortie de cet album. Fautes à ne plus savoir qu'en faire, inversions de textes dans les bulles, répétitions de phrases ! Mélanges de fichiers chez l'éditeur! Du très grand travail ! Un collector ! Désolés donc... Au point que nous nous posons la question: Ne devrions nous pas exiger le retrait de ces Albums, qui n'ont même pas été soumis à notre validation avant de sortir !
C'est d'autant plus regrettable que l'ensemble des critiques sur les BD traitant du chocolat et du thé étaient très largement positives. Elles aussi, pourtant, ne sont pas sans contenir quelques coquilles...
Merci donc, aux éditions clair de Lune, de prendre un tel soin du travail de ses dessinateurs et de ses auteurs.

Pour ce qui est des choix artistiques de cet ouvrage, nous assumons totalement. Le dessin, le style de narration, le genre d'humour.
Nous savons tous qu'il est impossible de plaire à tout le monde; chacun garde la liberté d'aimer ou pas un travail. Le succès de la fabuleuse histoire du chocolat, nous a encouragés à continuer dans la manière employée, d'autant plus que nous aussi, nous nous sommes bien amusés...
Voilà... Désolés, donc, en espérant que notre prochaine collaboration, (Davoz Willow) une BD historique sur Alésia, aux éditions Casterman, vous séduira ... Davantage...
Mille tendresses amicales.
Pascal Davoz

Simatural 11/03/2009 17:01

Merci pour ton avis ! :)

Je suis bien d'accord avec toi : les éditeurs ont une responsabilité sur l'orthographe des ouvrages qu'ils publient.

Surtout que maintenant, une BD n'est VRAIMENT pas donnée et l'orthographe est la moindre des choses...

Francine 11/03/2009 16:22

Je vous rejoins tout à fait quant à votre analyse du fond... que dire de la forme? Une orthographe épouvantable! J'ai écrit aux éditeurs, j'attends toujours leur réponse! Voici ce que je leur ai écrit: "Je suis passionnée par le thé et toute la culture qui l'entoure, c'est pour cela que ma jeune sœur, bédéphile, m'a offert hier La fabuleuse histoire du thé, je trouvais l'idée d'une BD très bonne pour toucher un public jeune (et moins jeune) à propos d'un sujet comme cette boisson mythique. Mais je suis aussi une amoureuse de ma langue maternelle et c'est à ce titre que je m'adresse à vous! J'ai vraiment été choquée par le manque total de professionnalisme du "scénariste": le style est plus que discutable (mais peut-être est-il lié au code écrit particulier de la BD que je ne connais pas), je n'en dirai donc rien. Par contre l'orthographe! Les guillemets mis aux mots correcteurs et scénariste marquent mon indignation. Comment avez-vous pu laisser passer de telles énormités? Je ne peux le comprendre (mais pas du tout l'approuver) que si ces 2 mots ont un sens que j'ignore. Vous êtes sans doute tous "correcteurs" mais pas de l'orthographe. Avant même d'ouvrir ce livre, la 4e de couverture a attiré mon attention: d'avantage (>< inconvénient) n'a pas sa place ici, la bonne orthographe est davantage (= plus que), mais comme j'aimais le texte je me suis dit qu'il s'agissait d'une (regrettable) coquille. Malheureusement il n'en était rien, le pire était à venir! Ma sœur m'avait pourtant prévenue que cette BD était criblée de fautes. Je ne m'imaginais pas que ce serait à ce point. Je vous joins ce que j'ai écrit sur mon blog à ce sujet...

Je ne me permettrai JAMAIS une réflexion de genre concernant des personnes privées qui n'auraient pas une excellente orthographe, je pense entre autres aux bloggeurs. Même pour moi il est parfois difficile de voir mes fautes quand je tape un texte mais vous, en publiant des ouvrages, avez une responsabilité à ce niveau. Je peux admettre qu'il puisse éventuellement rester l'une ou l'autre "coquille" mais concernant ce "livre", c'est de la négligence, du laisser-aller, je ne peux en effet imaginer que ce soit de l’incompétence. C'est en tous cas faire montre de peu de considération envers vos lecteurs. Vous rendez-vous seulement compte que vous vous faites une contre publicité évidente?

Mais j'aimerais comprendre comment une telle chose a pu arriver, puis-je donc espérer une réponse de votre part? Merci d'avance,

Francine Watrin, amoureuse du thé et de sa langue maternelle

NB: la baleine n'est pas un saurien… "