Fiche n° 202 : La Montagne magique de Jirô Taniguchi

Publié le par C...

Couverture :


Résumé :
À la croisée du manga et de la BD à l’occidentale, La Montagne magique aborde les thèmes chers à Jirô Taniguchi, dans un grand format pour pouvoir mieux apprécier la beauté du dessin. Une fable écologique et poétique pour tous.
Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26155

Mon avis :
Comment m'attaquer à ce qui semble être un monument de la BD japonaise ?
Peut-être en me contentant de vous donner 3 bonnes raisons de courir escalader cette montagne, tout en insistant bien sur le fait qu'il y en ait un millier d'autres.

1) Parce qu'on est face à une vraie fable écolo. Un thème qui m'est cher, et qu'on retrouve des animés tels que Mononoke Hime, Totoro, ou dans une moindre mesure, Pompoko. Une montagne qui se désagrège petit à petit du fait de l'intervention des hommes, représentée ici métaphoriquement par l'enlèvement d'un esprit de la forêt.
Le message est là, sans être pourtant moralisateur ou trop étouffant.

2) Parce qu'au-delà de ce thème, Taniguchi réalise un merveilleux conte onirique sur l'enfance, les vacances, la maladie, mais aussi l'absence, le deuil et le temps qui passe. On retrouve ici ce qui m'avait plu dans Totoro (filez voir ce film si ce n'est pas déjà fait...). Tout est traité en laissant un part considérable au rêve et à l'imaginaire. Les évênements ne se déroulent-ils que dans la tête des enfants ?

3) Parce que ça fait du bien de ne pas avoir de réponse tranchée à toutes ces questions. D'avoir le sentiment de réver en lisant une BD. Taniguchi nous plonge dans ce rêve avec une extrême subtilité. Tout est traité avec la plus grande retenue, la plus grande sincérité ; que ce soit dans les textes, les dessins, l'auteur ne triche jamais. La Montagne magique est une oeuvre traitant de l'enfance de façon adulte et aboutie, en laissant une merveilleuse part au rêve...

Voilà. Personnellement, je ne suis pas fan de manga. A vrai dire, je n'y connais pas grand chose. Pour preuve, j'ai découvert Taniguchi hier soir (honte sur moi). Mais je dois dire que des oeuvres comme celle-ci vous amène à revoir votre jugement, et surtout à arrêter de penser que les mangas, c'est juste Yugioh et Naruto...

9/10 Une magnifique fable écologique. Un Conte onirique envoûtant sur le deuil, la maladie et l'enfance. Tout est magnifiquement traité, avec une incroyable retenue qui plus est. Un chef-d'oeuvre, en toute simplicité.

C...

Publié dans Critiques Manga

Commenter cet article

C... 31/03/2009 19:25

Ben moi, en fait, pour trancher un peu, en allant vraiment dans l'excès... ben... heu... je préfère les 3... (ah c'est constructif ça...)
Tout aussi bons, pour des thèmes différents.

Simatural 31/03/2009 13:56

Pas d'accord ! :)
Le meilleur Taniguchi, c'est Le Journal de mon Père ! Bon Quartier Lointain est excellent aussi mais Le Journal de mon Père, comment dire... c'est un bijou, une perle, une tuerie, un chef-d'oeuvre, un livre à posséder à tout prix et j'en passe. Quelle baffe j'ai pris à sa lecture !

Yaneck 31/03/2009 12:08

J'ai lu cette bd moi aussi, et chroniqué aussi sur mon propre blog.
Si ce n'est pas ma préférée de Taniguchi (qui aura du mal à faire mieux que son Quartier Lointain, purement exceptionnel), c'est en effet une bd de très belle qualité.

Meor 28/03/2009 09:32

Faites confiance à C… et lisez beaucoup d'autres œuvres de Taniguchi !