Fiche n° 149 : Orage mécanique de Pierre Pelot

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :
Sur la Terre d’après le Chaos, il y a de nouveau les maîtres et la populace. Il y a aussi les Fouilleurs qui creusent les ruines, à la recherche des vestiges d’antan… et parmi eux, celui qui deviendra Kid Jésus.
Soyez heureux et fiers, car vous êtes citoyen de l’Union Fasciste des États d’Amérique, le pays doté du plus faible taux d’Anormaux du monde ! Surtout vous, Price Mallworth, prêtre de la Nouvelle Religion Catholique Éclairée. Même si, peu à peu, l’univers se fissure et que des questions interdites vous taraudent…
Cath et Luc ont fait quelque chose de défendu, et les crabes se sont mis à sourire. Alors, ils sont partis tous les deux. Loin de leurs parents, sur l’autoroute sans fin. Direction : le bout de la nuit.
Pour la  première fois sont réunis trois romans appartenant à la veine la plus violente de l’auteur. Un apprenti messie, un prêtre paumé et un couple maudit – de sombres héros, pour un futur sans illusion.
Kid Jésus, Mais si les papillons trichent et Le Sourire des crabes : les trois romans coup de poing de l’auteur qui a fait rimer futur et no future.
Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=29543

Mon avis :
Avec certains auteurs, l'apocalypse est synonyme de fun, d'autres y trouvent au contraire un prétexte pour laisser parler leur mélancholie mais il existe cependant, une troisième catégorie dont fait partie l'auteur qui nous intéresse ici. J'ai nommé, le grand, l'immense Pierre Pelot. Celui, qui comme l'indique la quatrième de couverture, fait "rimer futur et no future". Formule joliment trouvée je dois l'avouer.

Contrairement aux autres intégrales de la plus en plus indispensable collection TSF, il m'a été impossible de lire d'affilée les textes sélectionnés. N'y voyez pas un signe de mécontentement ni même de déception quant aux choix des textes, non, ce serait bien mal me comprendre. Sachez plutôt que les trois romans présents ne débordent pas d'optimisme ni même d'une joie de vie intense. N'étant pourtant pas enclun à me laisser déprimer par le premier ouvrage venu, deux des trois textes ont cependant réussi à me casser le moral. Pas de manière vertigineuse non bien sûr, mais d'une telle façon qu'il m'a fallut entrecouper mes lectures par autrechose sous peine de ne pas réussir à finir l'ouvrage. Quand je dis deux des trois textes, ne croyez pas que l'un soit plus joyeux. Non. Il y a juste un texte qui ne m'a pas touché comme les deux autres ont sû le faire.

J'ai ainsi entrecoupé mes trois lectures du cinquième tome de Garrett et du quatrième volume des aventures de Vlad Taltos, bref, de trucs plus joyeux. Et bien m'en a pris je pense. Mais parlons plutôt de ce TSF3 comme on peut le lire sur la tranche de l'ouvrage une fois celui-ci rangé dans votre bibliothèque (ce que je fais en ce moment alors que je cherche mes mots pour cette petite chronique).

Rentrons donc sans plus attendre dans le vif du sujet avec un petite citation. Cette dernière, loin de vouloir prétendre rendre la chronique plus universitaire ou je ne sais trop quoi, rend, je pense, bien compte du style de l'auteur, à la fois par sa forme et par son propos.
- Quand je parle, tu sais, c'est comme si chaque mot cassait quelquechose. Chaque mot dur et tranchant. Avant, c'était de la poussière sans plus.
Après aussi, serait-on tenté d'ajouter...
Avec le style qui lui est propre, des phrases courtes et violentes, une langue dure, tranchante et pourtant, d'une incroyable fluidité, Pierre Pelot nous parle de folie, mensonges, religion, manipulations, liberté. Des thématiques chères à l'auteur qui se coupent et se recoupent dans les trois ouvrages regroupé par Laurent Genefort.

Trois textes au moins aussi cinglé que l'oeuvre (livre ou film au choix) auquel fait allusion le titre.

Kid Jésus. C'est l'histoire d'un garçon qui voulait exister. EXISTER. Exister aux yeux des autres, ne pas tomber dans l'anonymat dévolu au commun des mortels. Aussi imagine-t-il une manière de se rendre célèbre tout en rendant service à la populace d'anonymes dont il est issu. L'entrelacement des différents témoignages et de l' action principale participe beaucoup à la brouille narrative et au jeu de vérité/mensonge qui porte le récit. Kid Jésus : histoire ou mythe ? Personne ne le sait. Tout le monde croit pourtant savoir.
Quant aux trois dernières phrases. Rien. Rien à dire. Superbes. De celles qui marquent. De celles qui donnent sens à un texte. De celles que l'on n'oublient pas. Jamais.

La chute du Sourire des Crabes est tout aussi réussie. Sinon plus encore. Moi, je n'ai absolument rien vu venir...
Ce road movie complétement fou qui narre la fuite d' un frère et d'une soeur aux relations incestueuses, constitue une magnifique apologie de la Liberté. Je n'arrive pas à dénombrer les séquences chocs de l'ouvrage qui ne manque  pas de violence tant psychologique que physique. Pour autant, rien n'est gratuit. Dans la très intéressante postface de Claude Ecken, on apprends que l'auteur porte une tendresse particulière à ce couple. Loin de m'étonné, cette opinion me conforte dans le fait que la révolte qui se dégage des deux personnages, loin de la  violence qu'ils dégagent et de l'interdit qui les déchire, possède une certaine forme d'innoncence.
Poignant et marquant, voici un livre que je ne suis pas près d'oublier. 

Toutefois, j'ai trouvé Mais si les papillons trichent en deça des deux autres textes. Je l'ai trouvé moins je-sais-pas, moins passionnant sans doute, moins percutant aussi, moins tout quoi. On suit les destins croisés des deux membres d'un couple qui vont peu à peu basculé dans la folie. Je n'ai pris aucun plaisir à suivre les errances des deus personnages. Toutefois,  Ce n'est pas mauvais, c'est juste que je n'ai pas accroché. Au final, si la note n'est pas plus élevée que cela, c'est à ce dernier texte qu'elle le doit.

8/10 Les TSF, c'est comme les pokémons, attrapez-les tous !
Plus sérieusement, cette intégrale Pierre Pelot possède à son sommaire 3 très bons textes. Si l'envie vous prend de découvrir cet immense auteur qu'est Pierre Pelot (et si vous avez le moral au beau fixe), laissez-vous foudroyer par ces orages mécaniques. Vous n'en ressortirez pas survolté mais drôlement secoué et foutrement assagi. Peut-être est-ce cela, la marque d'un grand auteur !

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article