Fiche n °144 : Des Fleurs pour Algernon de Daniel Keyes

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :

Des fleurs pour Algernon Charlie Gordon a 33 ans et l'âge mental d'un enfant de 6 ans. Il voit sa vie bouleversée le jour où, comme la souris Algernon, il subit une opération qui multipliera son Q.I. par 3. « Si l'opérassion réussi bien je montrerai a cète souris d'Algernon que je peu ètre ossi un télijen quelle et même plus. Et je pourrai mieux lire et ne pas faire de fotes en écrivan et aprendre des tas de choses et ètre comme les otres. » Charlie va enfin pouvoir réaliser son rêve : devenir intelligent. Au jour le jour, il fait le compte rendu de ses progrès. Mais jusqu'où cette ascension va-t-elle le mener ?
Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=8113

Mon avis :
Pour clôturer cette année 2008, je vous propose une chronique un peu spéciale.

Je le sais, vous le savez,
Une chronique n'est jamais objective.
Celle-ci moins que toutes les autres encore.
Car je vais vous parler ici de mon livre préféré.
Du livre que j'emmènerai sur une île déserte.
Du livre qui a le plus marqué ma vie de lecteur.
Je ne prétends pas qu'il s'agit du meilleur livre du monde.
Juste qu'il m'a marqué comme aucun autre n'a sû le faire.

A une époque où je n'avais pas ouvert plus d'une vingtaine de livres de SF, j'ai rencontré Charlie. Je savais la SF capable de me faire rire...

Ce livre traite du rapport entre bonheur et intelligence avec une finesse et une justesse qui confinent au génie. Améliorer son QI est, au même titre que l'immortalité, un des plus vieux rêve de l'humanité. Aussi, lorsque l'on propose à un handicapé mental de devenir intelligent,  il lui est  difficile de refuser. Dans des Fleurs pour Algernon, on suit les progrès de Charlie. Page après page, on se prend très vite à se révolter contre le comportement des autres à son encontre, à rire avec lui, à rire de lui, à se réjouir pour lui, à pleurer.

Le style de l'oeuvre épouse la courbe du QI du narrateur. Car charlie raconte sa vie au jour le jour.  Dans des chroniques. Si les premières pages fourmillent de fautes d'orthographes (plus encore que nos chroniques ;-)), elles deviennent rapidement très belles, mais plus que tout, très touchantes. Preuve en est que le style ne fait pas tout, qu'on livre peut être facile à lire et briller par son propos.

En librairie, Des Fleurs pour Algernon est mon ACM.
Mon Arme de Conversion Massive. A la SF bien évidemment.
Et ça marche... et pas qu'un peu croyez-moi.

A une époque où je n'avais pas ouvert plus d'une vingtaine de livres de SF, j'ai rencontré Charlie. Je savais la SF capable de me faire rire, Charlie m'appris qu'elle pouvait aussi me faire me faire pleurer. Depuis, j'en est ouvert des centaines, des livres de SF, des bons, des mauvais, des chef-d'oeuvres.
 
Mais Des Fleurs Pour Algernon sera toujours spécial.
Un livre à part.
Il restera non pas comme le livre qui m'a fait découvrir le genre mais comme celui qui m'a fidélisé à la SF, peut-être pour toujours.

10/10 Mon premier 10. Peut-être le seul. Je ne l'espère pas.
Plus qu'un chef-d'oeuvre de la SF, ce livre devrait appartenir au patrimoine littéraire tant son discours touche à l'universel... Un livre à glisser dans tous les casiers scolaires, dans toutes les bibliothèques, à offrir. Une tranche de vie, une leçon de tolérance. Un livre. Mon livre.

Simatural

PS : Et vous ? Quel est le livre, votre livre ?

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article

Simatural 29/08/2009 18:13

Belle liste !

De Banks, j'ai toujours préféré l'homme des jeux mais je dois bien être le seul, tout le monde citant l'usage des armes.

De Rosny, je dois avouer que c'est un auteur que j'ai découvert fort tardivement (l'année dernière pour ne rien te cacher) : j'avoue avoir un gros coup de coeur en lisant les xipehuz ! La Mort de la Terre n'est pas mal non plus. Je rêve de voir un jour la réédition de l' intégrale de Rosny Ainé. Pourquoi pas en Denoel Lunes d'Encre ou dans la collection TSF.

Ultrarat 29/08/2009 00:32

Un livre ! Un seul ! Ah non, c'est trop dur. Alors je triche et j'en met trois exaequos :
1 "L'usage des armes" de Ian M. Banks : le livre le plus sombre de l'histoire de la SF.
2 "Les seigneurs de l'instrumentalité" de Cordwainer Smith : ce mec vient du futur. Pas possible autrement.
3 "La guerre du feu" de J.H. Rosny aîné : parce que quand j'avais 10 ou 12 ans, je l'ai lu au moins 20 fois.
4 "L'odyssée" parce qu'Homère a tout inventé et qu'Ulysse est le héros absolu.
Misère, j'avais dit trois. Voila que je ne respecte même pas mes règles.