Fiche n °140 : Les Chaînes du Dragon (1/2) de Patricia Briggs

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :

Depuis l'époque où les nains venaient y com­mer­cer, une rumeur court à propos de trésors cachés à Hurog. Ce que je viens de dénicher peut effec­ti­vement passer pour un trésor. Pour­tant, cette trouvaille, je m'en serais volon­tiers dispensé.
Ce sont des ossements de dragon.
Des anneaux de fer enserrent les pattes et le délicat squelette des ailes. L'ancêtre qui a fait cela est un scélérat car pour poser les anneaux de cette manière lorsque le dragon était en vie, il a fallu traverser la peau et la chair de ses ailes.
Hurog était le sanctuaire des dragons. Quand ils ont disparu, les nains ont quitté le domaine eux aussi. Alors on vit la terre d'Hurog péri­cliter. Elle dépérit de cha­grin, racontent les chro­niques, et il ne resta que les souvenirs et les armoiries de ma famille pour rappeler au monde quelle avait été sa splendeur.
Mon lignage était protecteur de la race des dragons. Nombre de mes ancêtres ont donné leur vie pour défendre leur dernier refuge. Cette noble tâche leur avait été confiée par le premier Grand Roi. Par les dieux, disent même certains écrits. À l'origine, «Hurog­mestre» signi­fiait «gar­dien des dragons.
Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=31236

Mon avis :
L' hurogmestre est le seigneur d'hurog, mais Hurogmestre signifie aussi gardien des dragons. Pourtant depuis plusieurs génération il n'y a plus de dragons sur ces terres, et comme en réponse en cette absence le royaume et la famille de l'hurogmestre déclinent: lui meme est une brute sanguinaire, sa femme s'enfuie dans les drogues, Ciarra leur fille est muette, Tosten le cadet s'est enfui et l'ainé Stolon est un idiot et une brute épaisse. Du moins c'est ce qu'il fait croire depuis 7 ans. A 19 il a un physique puissant, des traits grossiers et joue l'imbécile pour sauver sa peau. En effet, son père a tué le sien pour s'accaparer le pouvoir et voit son fils comme une menace. Mais en cachette Stolon étudie et veille sur sa famille.

C'est ainsi qu'en cherchant sa soeur, il tombe sur des ossements de dragon, enchainés sous le donjon de la forteresse. Un de ses ancêtre a commis le pire crime possible : tuer un dragon pour s'accaparer son pouvoir. Le jeune homme n'a pas le temps de réfléchir à toutes les implications de cette découverte : son père vient d'avoir un accident de cheval il est le nouvel hurogmestre! Seulement voila en jouant l'imbécile, il a peut-être sauver sa peau mais aussi perdu son royaume car certains se débarrasserait bien de lui en l'enfermant dans un asile. Alors Stolon, le soit-disant benêt, doit faire des choix, des choix difficiles pour sauver son trône et son royaume.

Un livre de facture classique: un héros, ses compagnons, un voyage, des conflits, des enjeux qui les dépassent,un récit linéaire, simple à comprendre et avec peu de changement de point de vue.

L'écriture simple permet de rentrer tout de suite dans ce roman ou rien n'est gratuit, rien n'est en trop, oh bien sur ce n'est peut-être pas le livre de l'année mais il présente bien des qualités : des personnages qui sonnent juste, non manichéens et interessants, une touche d'action, une pointe d'humour, beaucoup de révélations, des rebondissements, un soupçon d'eau de rose, un doigt de magie et des idées originales. Le tout forme un bon bouquin qui se lit d'une traite avec une vraie fin (même si une suite est prévue) une vraie histoire, un surtout un vrai plaisir de lecture. Patricia Briggs a tout compris. Pas besoin de fioritures quand on a de bonnes idées et qu'on sait les agencer.

Ce bon roman de fantasy est vraiment une gourmandise on aimerait bien la savourée mais son goût change toujours et on a trop hâte de découvrir le suivant !

8/10 Bien sur on a pas ici de chef d'oeuvre, bien sur que c'est avant tout un très bon divertissement, bien sur qu'une belle couverture ne fait pas tout, bien sur!  Mais quand meme! Ce livre a tout ce qu'il faut là où il faut et sans rien de trop pour passer un très agréable moment de lecture dès 15 ans. Et franchement c'est le genre de plaisir qui ne se refuse pas !

Mitificus

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article