Fiche n °133 : Eifelheim de Michael Flynn

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :

Un aéronef transportant des créatures extraterrestres atterrit au cœur de la forêt noire en plein Moyen Âge…En 1349, une petite ville située en Allemagne, dans la Forêt Noire, a été rayée de la carte et n’a jamais été reconstruite. Pour Tom, historien de notre époque, cette disparition contredit toutes les lois de l’histoire statistique. Il fait partager par Sharon, sa compagne, une physicienne, cet intérêt qui vire à l’obsession. Il exploite toutes les données disponibles afin de comprendre les raisons de la disparition totale et définitive d’Eifelheim.En 1348, un astronef étranger s’est écrasé près d’Eifelheim juste avant que la peste noire ne ravage l’Europe. Le père Dietrich, curé du village, est un homme cultivé qui a étudié les sciences et la philosophie, notamment à Paris. Les hasards de la vie et sa participation à des révoltes d’inspiration religieuse l’ont amené à se réfugier dans cet endroit perdu. Rien ne l’a préparé à devenir le premier intermédiaire entre l’humanité et une espèce intelligente étrangère. Car le crash de l’astronef a laissé sur notre monde des naufragés qui ressemblent à des sauterelles géantes. Dietrich va entreprendre de communiquer avec eux puis, progressivement et prudemment, les introduire dans la petite société d’Eifelheim. Mais lorsque la peste envahit la région, la relation est vite établie entre la présence des étrangers diaboliques et ce fléau. Et la ville d’Eifelheim, en fait rebaptisée Teufelheim (la maison du diable), sera à tout jamais abandonnée.

Le génie de l’auteur est de faire se superposer trois mondes dans son roman : celui du Moyen Âge, celui des étrangers, et, les dévoilant peu à peu, le nôtre au travers de Tom et Sharon, qui disposent des instruments permettant la compréhension progressive de la situation. Une expérience fascinante de relativité culturelle.

Informations complémentaires :
L’auteur : Michael Flynn, né en 1947, réside en Pennsylvanie. Il est l’auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles.
Le Livre : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=31064

Mon avis :

Un couple de chercheurs américains découvre que le premier contact avec une race extra-terrestre a déjà eu lieu.  En effet, de nombreuses indices laissent à penser que cette rencontre s'est déroulée pendant le Moyen-Age. En 1349 pour être exact.

Premier roman traduit de Michael Flynn, Eifelheim se révèle être la bonne surprise SF de cette fin d'année. Les oeuvres traitant d'un premier contact avec une intelligence extra-terrestre sont légions. Pourtant, l'auteur américain arrive à tirer son épingle du jeu. Rares sont les oeuvre qui peuvent se vanter de traiter ce "rencard" avec autant d'intelligence et d'à-propos. Bien sûr, le titre tire une part de son originalité du cadre de cet rencontre. Je ne me souviens pas avoir vu le Moyen-Age abriter cette thématique un peu éculée de la science-fiction. Toutefois, Eifelheim possède bien d'autres atouts...

Le premier tient dans le rythme de l'ouvrage, lent, et qui épouse celui du quotidien des habitants d'un petit village allemand : Oberochwald pour ne pas le nommer. Petit à petit, l'auteur nous plonge dans la vie de ces gens ordinaires dont les habitudes vont être bouleversées par la rencontre avec des extra-terrestres (ET). Ces derniers ont vu leur vaisseau s'écraser non loin du village. 

Le second point fort est incarné par le personnage principal : Dietriech. Curé au passé mystérieux, il porte le récit sur ses épaules. Une tâche qu'il accomplit haut la main. En effet, difficile de ne pas s'attacher à ce prêtre. Si ses croyances vont êtres mises à dures épreuves, son intelligence et son ouverture d'esprit l'améneront à devenir l'acteur majeur de cette rencontre. Il est d'ailleurs assez étonnant de voir comment les ET vont se fondre dans le village. On en vient presque à penser que l'inculture (certains villageois croient  qu'il s'agit de turcs) et les croyances religieuses des habitants font de ceux-ci de meilleurs émissaires auprès des ET que nous ne le seront jamais.

Le récit se déroulant de nos jours n'offent finalement que peu d'intérêt au regard du reste. Il permet à l'auteur d'encadrer le récit principal (celui se passant au Moyen-Age) et de lui donner une certaine crédibilité (certes illusoire mais on a presque envie d'y croire).

Le final tutoie les sommets.

9/10 Un magnifique mélange d'histoire et de SF pour ce roman qui a raté de peu le prix Hugo.  Un livre qui contentera tout amateur de SF, mais aussi, les amateurs de fantasy avec son cadre moyenâgeux qui n'est pas s'en rappeler certains ouvrages du genre.


PS :
Il est parfois difficile de faire son travail de libraire et de conseiller les livres que vous aimez. Faut dire que sur certains points, les éditeurs ne nous aident vraiment pas. Je ne sais pas ce qu'est sensé représenter l'immondice  de la couverture mais vendre ce livre tient du miracle ! Paternoster s'est surpassé.
Alors, SVP, ne vous arrêtez pas à la couverture et donnez une chance à ce roman de SF, l'un des meilleurs de l'année. J'dis ça pour vous. Moi, je l'ai déjà lu...
Voilà, j'ai fini de ronchonner.
Vous pouvez reprendre une activité normale.

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article