Fiche n° 127 : Le Maître des Dragons de Fabrice Colin

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :

« 1717. Nouvelle-Angleterre. Au cœur de la nuit, un jeune homme sans mémoire échoue sur la plage. Cet inconnu, nommé Thomas Goodwill, a oublié qu’il revient du Davy Jones Locker, le paradis sous-marin des pirates. Il n’est sûr que d’une chose : un être cruel et tyrannique qui n’est autre que l’Empereur lui-même a juré sa perte. Il n’a qu’un espoir, lier son salut à celui de la flamboyante Mary Wickford. »

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=30396  

Mon avis :
Plus qu'une véritable suite à La Malédiction d'Old Haven, Le Maître des Dragon est un "roman-miroir". En effet, il retrace la même histoire d'un point de vue différent ; celui de Thomas Godwill, un personnage que vous connaissez bien si vous avez suivi les aventures de Mary Wickford ? Connaissez bien? Ben pas tant que que cela figurez-vous, car le personnage de Thomas Goodwill a encore bien des secrets à vous dévoiler...

Le pari de raconter la même histoire est osé tant paraît grand le risque de répéter. Pourtant, l'auteur français remporte ce pari haut la main. Jamais je n'ai ressenti une impression de répétition ; tout au plus des échos, des clins d'oeil, et, le plus souvent, un nouvel éclairage bienvenue. Ainsi, les deux romans se répondent et si l'on retrouve la plupart des personnages de l'un dans l'autre, l'histoire commune aux deux personnages ne concerne finalement qu'une partie mineure des deux romans. A vrai dire, ils ne se rencontrent qu'à de rares moments.

Faut aussi dire que les sorcières et les pirates n'ont pas vraiment la même vision de la vie ! De fait, je dois avouer avoir préféré ce second opus mais j'ai toujours préféré les pirates aux sorcières... Alors...

Au niveau de l'écriture, saluons la fluidité du style de Colin. C'est assez rare les romans où les descriptions savent se faire aussi discrètes. A aucun moment je n'ai été tenté de lâcher le roman. Tout coule, chaque page en appelle une autre. Du bel ouvrage !

Finalement, je n'ai qu'un (tout) petit reproche à faire à ce livre ; c'est son titre qui ne reflète que très partiellement le contenu de l'histoire. Parce que si l'on retrouve des dragons, ce deuxième volet est avant tout un roman de piraterie, avec des abordages, de l'alcool et des trésors... Pourquoi ne pas reprendre l'expression "Pirate aux quatres vies" que l'on retrouve en quatrième de couverture ? Je sais pas moi, je trouve que ça fait un joli titre. Faut croire que, de nos jours, les "dragon" sont plus cool que les "pirates".

8/10 Aucun doute, vous aimerez Le Maître des Dragons au moins autant que La Malédiction d'Old Haven. Un roman de pirates comme je les aime : avec pleins des pirates, des vrais ! Encore une réussite à mettre au crédit de Monsieur Colin !


Simatural

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article