Fiche n° 116 : Black Man de Richard Morgan

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :

Dans un siècle à peine, l'humanité s'est débarrassée de la guerre.
Mais des vestiges embarrassants subsistent encore, comme les Variantes, ces êtres humains génétiquement modifiés, cordialement détestés par toute la population. Les plus inquiétants sont certainement les Variantes 13, ces hyper-mâles cultivés exclusivement pour la guerre.
Carl Marsalis est un de ces ex-soldats génémodifiés. Il pourchasse désormais ses anciens frères d'arme pour le compte des Nations unies. Ce n'est pas un boulot facile, car il est haï aussi bien par les gens normaux que par ses semblables : il est, dans tous les sens du terme, l'Homme Noir. Et pour le moment, même ses employeurs ne peuvent le sortir de sa prison de Floride.
Alors, quand il reçoit la visite d'une ancienne détective aux prises avec des Variantes 13 particulièrement retorses, Carl est plus que disposé à conclure un accord.
S'engage ainsi une frénétique chasse à l'homme, avec à la clé, peut-être, la vérité sur ce que sont devenus les derniers soldats du monde.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=29988

Mon avis :

Si vous suivez mes chroniques, vous savez à quel point j'apprécie les ouvrages de Richard Morgan. C'est avec énormément d'enthousiasme mais aussi d'attentes que j'ouvrais son nouveau roman, encensé un peu partout dans le reste du monde et de l'univers...

100 pages. C'est ce qu'il m'a fallut pour comprendre que je n'étais pas dans Carbone Modifié.
Récit à la troisième personne, multiplicité des points de vue, nouvel univers, Black Man n'est pas une nouvelle aventure de Takeshi Kovacs... et c'est tant mieux !

Première bonne nouvelle : on retrouve dans Black Man la parfaite symbiose du polar et de la science-fiction. Peu d'auteurs arrivent à mélanger ces deux genres avec autant de talent et d'aisance que Morgan. Ici, plus qu'une enquête, c'est d'une chasse à l'homme dont il est question. Une chasse à l'homme dans un futur proche assez terrifiant. Dans ce 22ème siècle où se côtoient  criminels, extrémistes religieux,  hommes et femmes génétiquement modifiés, intelligences artificielles, politiques pourris et scientifiques fous, Carl Marsalis, le héros, apparaît presque comme un enfant de coeur. Presque. Car Carl Marsalis appartient aux variantes treize, ces hyper-mâles cultivés dans le seul but de faire la guerre. Son job : dénicher ses anciens compagnons , les traquer et les tuer. L'intrigue rapelle un certain Blade Runner. Un Hommage ? Certainement.

Aidé pour l'occasion par l'agent Sevgi Ertekind, Marsalis se lance à la poursuite d'une variante treize qui laisse cadavres sur cadavres dans son sillon. Pour tuer, ce pour quoi on l' a créé.

On retrouve la patte de Morgan dans ce futur sans concession. A l'image de la couverture : sa SF transpire la testostérone ; la testostérone de son homme noir, de ce mouton noir créé par les hommes et  répudié par eux. Une testotérone qui rythme le livre où la violence et le sexe prennent une part importante.

Mais Black Man, ce n'est pas seulement de l'action. Non, la partie la plus importante du livre est consacrée aux dialogues. Si la religion en prends une nouvelle fois pour son grade (les habitués de l'auteur ne seront pas dépaysés), l'auteur s'attaque particulièrement ici au racisme, au sexisme et à toutes les formes de discriminiation.

9/10 Mieux que Carbone modifié et pourtant une note plus faible, ce n'est pas logique me direz-vous ! Non, c'est vrai mais le livre perd un point à cause des trop nombreuses coquilles qui troublent la lecture autrement parfaite du nouveau livre de Richard Morgan, son meilleur à mon avis ! Incontestablement un des livres de l'année !
Lisez Black Man ! Lisez Richard Morgan !
En attendant la traduction de sa nouvelle série de fantasy... La fantasy selon Morgan, voilà un programme qui me fait déjà saliver, pas vous ?

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article