Fiche n °97 : Lilliputia de Xavier Mauméjean

Publié le par Aneria

Couverture :


Résumé :

Dans l'est de l'Europe, aux premiers jours du XXe siècle, vit le jeune Elcana un nain parfait, proportionné et harmonieux. Fuyant une région où il n'est plus le bienvenue pour avoir fait ce qu'il pensait être bien, il est embarqué pour les Etats Unis. Et dans le pays de tous les possibles, lui et toute une cargaison de Lilliputiens comme lui découvrent un monde pour eux : Dreamland, le fantastique parc d'attractions de Coney Island, paradis sur Terre pour les visiteurs. Elcana et les siens y découvrent Lilliputia, cité à leur échelle reproduisant Nuremberg à sa création, vitrine d'une société merveilleuse de poupées de chairs.
Mais dans ce monde mécaniquement et parfaitement réglé, les esprits libres grippent les rouages...

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=29666

Mon avis :
D'aucuns diront que je ne partais pas avec un opinion neutre face à ce livre...

Et c'est tout à fait vrai : en immense fan de Xavier Mauméjean, j'attendais énormément de l'un des maîtres français, sinon le plus illustre, du fantastique de l'ère industrielle... Il est donc question dans ce livre, comme on se doute aisément, de nains. Entendons-nous bien, je ne parle pas du tout des créatures de fantasy, et encore moins avec la valeur péjorative que ce mot porte aujourd'hui. Les Freaks sont la passion littéraire et culturelle de Mauméjean. A l'image du légendaire montreur de monstres, Phineas Taylor Barnum, il les aime, les élève en majesté et en fait les héros, les phares de l'ère décadente qui les pointe du doigt.

Lilliputia est un livre brillant, dantesque. Fidèle à lui-même, l'auteur nous plonge dans un univers d'une richesse culturelle incroyable par une écriture savante de très haut niveau. Ne comprenez pas que ce livre est élitiste, mais bien riche d'un savoir et d'une documentation hallucinante. Le style est précis, profond, cynique et profondément amoureux de cette époque. Si vous n'aimez pas les détours dans la narration, les niveaux de lectures enchevêtrés et le grandiloquent, passez votre chemin. Le style de l'auteur n'est pas abordable si l'on refuse de voir le théâtre se jouer devant nous, puis être décortiqué, désossé pour être sublimé.

Que dire de mieux que décrypter l'aboutissement de son style, l'originalité de son histoire, la qualité des choix des mots et des registres ? Lilliputia mélange les genres comme Dreamland les rêves. Chaque situation a droit à son niveau personnel, réfléchi et adapté, de langue et de savoir. De cet étrange huis-clos cauchemardesque, il est réellement difficile de décrocher. Chaque goutte de savoir martèle l'esprit et revient en bouche et à l'esprit pour accentuer la suffocation et l'émerveillement de chaque instant.

Prenant source dans l'Histoire, les légendes et mythes ainsi que dans la littérature pour chacune de ces scènes, comme un régisseur prométhéen, Xavier Mauméjean érige au dessus du chapiteau de ces ouvrages un chef d'œuvre, une pièce unique et magnifique.

10/10 Prenez un ticket, ce parc de rêve et de cauchemars ne vous laissera pas indemne. Tenu d'une main de maître, laissez cet orchestre de l'étrange vous rejouer les plus grandes épopées comme vous ne les avez jamais imaginés. Car les monstres ne sont pas QUE ceux que l'on croit...

Aneria

Publié dans Critiques Fantastique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article