Fiche n° 79 : L'Empire du Milieu (Zhongguo 1) de David Wingrove

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :
2196. Le monde est la Cité Terre et les Sept le gouvernent, nouveaux empereurs d’un nouvel empire chinois. Zhongguo se situe sur une Terre future où la Chine a conquis le monde peu après notre époque, puis bâti - pour résoudre le problème de la surpopulation - une Cité haute de trois cents niveaux sur toute la surface des continents. Elle a par ailleurs étouffé les autres cultures, allant jusqu’à réécrire l’histoire, si bien que la population est persuadée de vivre en un monde où les Chinois ont vaincu l’Empire romain. Dans cette société, les inégalités, les injustices, les intérêts financiers et les ambitions politiques font que la guerre civile menace. Complots, combats, assassinats, sexe, amour et haine figurent parmi les ingrédients de cette fresque immense en huit volumes. Depuis les livres de Fondation d’Asimov et de Dune de Frank Herbert, avons-nous connu pareille vision, aussi majestueuse et puissante, d’un “autre monde” ?
Informations complémentaires :
tome 1 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=26243
tome 2 : http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=28995

Mon avis :
Derrière cette couverture immonde aux allures de "pages jaunes" se cache le premier tome d'une série de SF qui compte 8 tomes (série finie outre-atlantique). Une couverture qui, je ne le cache pas, m'a longtemps freiné avant de me procurer ce roman de l'auteur américain David Wingrove. Grossière erreur. 

L'Empire du Milieu réussit l'exploit de mélanger les genres avec talent et cohérence et, de fait, est à même de plaire autant aux amateurs de SF qu'a ceux de fantasy. Quelquepart entre Bordage et le Trilogie de l'Empire (comparaison grossière mais qui donne une bonne idée d'où se situe cette série. Enfin sûrement mieux que les séries citées en quatrième de couverture...), L'Empire du Milieu raconte l'affrontement entre deux factions, l'une en faveur du changement, l'autre partisante de l'immobilisme, dans une Terre surpeuplée gouvernée par un nouvel empire chinois.

On suit des protagonistes très différents par leur sexe, origine, profession, parti, etc... (l'index au début de l'ouvrage sert beaucoup au début pour savoir qui est qui !). Trahisons, attentats, meurtres, complots en tous genres, l'action est d'ordre politique ! On ne s'ennuie jamais : les coups coups viennent de toutes parts. Des personnages meurent. A la pelle. Même Martin ne fait pas mieux ! Vous l'aurez compris, du côté du rythme, les 700 pages du roman risquent d'être fort vite avalées. Bel exploit !
Du coté des défauts, on a vraiment l'impression que l'auteur garde des personnages pour la suite de sa séries : que de jeunes enfants étranges et talentueux rencontrés dans ce premier tome ! La prochaine génération aura son rôle à jouer, on le comprend vite !

Autre défaut : vers la moitié du roman, l'auteur prends le parti du manichéisme. Choix d'autant plus étonnant et incompréhensible que la première moitié de l'oeuvre s'en dispensait très bien. Dommage !

8/10 Avec l'Empire du milieu commence une superbe saga riches en personnages et en rebondissements. Si vous êtes friand de politique et que les pavés (8) ne vous font pas peur, Zhongguo a toutes les chances de remporter votre adhésion. En gommant quelques défauts certes mineurs mais parfois irritants, l'auteur pourrait même propulser sa série vers les sommets du genre.

Simatural

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article