Fiche n° 69 : La Fille dans le Verre de Jeffrey Ford

Publié le par Simatural

Couverture :


Résumé :
Dans l'Amérique de la Prohibition et de la Grande Dépression, Diego, un immigré mexicain de dix-sept ans, Schell, un maître arnaqueur, et Antony Cleopatra, un ancien hercule de foire, soutirent de l'argent aux riches en organisant des séances de spiritisme habilement truquées. Un jour, lors d'une de ces arnaques, Schell aperçoit dans le panneau vitré d'une porte l'image d'une fillette disparue. Fantôme, hallucination? Il refuse de trancher et décide de retrouver l'enfant, lançant ainsi sa fine équipe dans la plus dangereuse des aventures, car on ne s'attaquepas impunément aux membres les plus radicaux du Ku Klux Klan.
Avec ce roman humoristique et engagé, lauréat du prix Edgar Allan Poe 2006, Jeffrey Ford dresse le portrait effrayant d'une Amérique en plein naufrage, où les puissants se croient tout permis, y compris le meurtre d'enfant.
Informations complémentaires :
http://critic.fr/detail_livre.php?livre=24381

Mon avis :
Pourquoi ce roman a été édité dans la collection Lunes d'Encre de Denoël ? Telle a été ma première réaction une  fois fini celui-ci. Pourquoi n'a-t-il pas eu les honneurs d'une collection de littérature générale générale ou policière. Car si le roman reste ambigü à bien des égards, il aurait sans doute pu rencontrer un public plus nombreux dans un autre rayon. Mais passons...

Avec ce livre, Ford dresse un portrait édifiant et stupéfiant de l'Amérique de la prohibition. Dans cette amérique déchirée par le racisme et les privations, trois hommes vivent -et plutôt bien- de leurs arnaques. C'est ainsi que  le jeune Diego, son père adoptif et escroc génial Schell et le gros bras de la bande Antony se rendent de maisons en maisons, soustrayant au passage quelques deniers à leurs naïfs propriétaires, pour récompenser nos trois compères de leurs service. Un jour, lors d'une "représentation", Schell aperçoit dans une vitre l'image d'un jeune fille enlevée par de mystérieux ravisseurs. Schelle et ses compagnons décident de mener l'enquête...
  
Les habitués de la revue Fiction le savent : Ford est un conteur très doué. Ici, plus que jamais, il fait preuve de son immense talent et nous sert un roman riche en personnages inoubliables et en action, le tout dans une atmosphère où le réalisme de la Grande Dépression se mêle habilement avec des éléments fantastiques (monde du cirque traité un peu à la manière d'un Sturgeon, spiritisme, etc...).

8,5/10 En Conclusion, La Fille dans le Verre donne à voir l'envers du miroir américain ; un miroir fissuré où  vous pourrez apercevoir non seulement le reflet partiel d'une fille dans le verre, mais aussi celui d'une époque trop souvent ignorée. Un polar de toute première catégorie pour un auteur de tout premier plan.

Vivement le prochain roman du monsieur !


Simatural

Publié dans Critiques Policier

Commenter cet article