Fiche n° 48 : Memoria de Laurent Genefort

Publié le par Eric

Couverture :


Résumé :

Le prix de l’immortalité…
Il travaille pour le compte des grandes Compagnies qui se partagent l’univers. Il erre de planète en planète au gré de ses contrats. Il est le tueur à gages le plus redouté des mondes humains. Le plus cher, aussi. Nul ne sait qui il est véritablement. Pas même lui. Tel est le prix de son immortalité. Immortalité qu’il doit à un artefact extraterrestre unique et qui ne le quitte jamais. Tout comme les « crises de souvenirs » qui le terrassent de plus en plus souvent. Au point d’en menacer ses missions. Des souvenirs dont il ne sait même pas s’ils sont les siens. Des crises qui masquent une terreur secrète, tapie au fond de lui sous la forme d’un cauchemar qui, inexorablement, se rapproche et menace de l’engloutir. Le compte à rebours est engagé…

Informations sur l'auteur :
Né en 1968, Laurent Genefort a vingt ans lorsque sort son premier roman, Le Bagne des ténèbres, dans la mythique collection « Anticipation » du Fleuve Noir. Aujourd’hui, avec près de quarante romans publiés, un Grand Prix de l’Imaginaire et un prix Rosny Aîné en poche (Arago - 1995 ; Omale - 2002), il est considéré comme l’une des figures de proue de la nouvelle science- fiction française et, sans doute, le tout meilleur créateur d’univers du domaine.

Informations complémentaires :
http://www.critic.fr/detail_livre.php?livre=28864

Mon avis :
Space opera haut en couleur, bourré d’idées, rondement bien mené et superbement écrit, c'est un beau petit bijoux que nous sert là Laurent Genefort avec ce Memoria. Celui-ci se déroule dans l'univers aux multiples planètes que son auteur développe déjà depuis quelques années. Les fans retrouveront avec plaisir cet univers foisonnant ; les autres découvriront sans nul doute avec beaucoup de passion et de plaisir ce roman qui me semble parfait pour commencer l'oeuvre de l’auteur.

J’avais déjà adoré La Mécanique du Talion mais ce roman lui est en tout point supérieur : plus maîtrisé, sans aucuns temps mort, il accroche dès le départ. Suivre le parcours d’un tueur à gage immortel est un vrai plaisir ! Mais derrière l’immortalité se cache une bête sombre qui fait que, tout compte fait, moi je préfère la mortalité. Enfin, je dis ça parce que j’ai pas le choix hein !

9,5/10 Parfait de bout en bout avec son univers toujours plus dense et mieux fichu, Memoria ne contient pas une minute d’ennui... juste du fun !

Eric

Publié dans Critiques SF

Commenter cet article