Fiche n° 33 : Comme des fantômes de Fabrice Colin

Publié le par Meor

Couverture :


Résumé :

Que se passe-t-il quand un auteur abandonne ses personnages ? Quand l’Alice de Lewis Carroll oublie de fêter ses 130 ans ? Quand Peter Pan entend vous faire payer ses orientations sexuelles ? Que se passe-t-il lorsqu’un lecteur est pris au piège d’un cadavre d’histoire, qu’un détective devient fabriquant de spectres ou que le mort d’un poète fait surgir une forêt ? Expert en fantômes et en fées, docteur ès faux-semblants et machinations troubles, Fabrice Colin possédait sur ces questions – et sur d’autres – des avis très personnels. C’était avant 2005 : avant qu’un incendie par lui-même déclenché ne mette un terme brutal à ce qu’il appelait lui-même « ma petite carrière d’ombres ». Ce recueil de nouvelles se veut hommage autant qu’étude ; s’y dévoile par à-coups une personnalité tourmentée et complexe dont les textes ici présentés ne sauraient suffire à épuiser pleinement le mystère. Suicide ou disparition ? Mythomanie chronique ou soif d’histoires compulsive ? La réponse, si elle existe, se trouve à l’intérieur. 

Informations complémentaires :
Né en 1972, Fabrice Colin est un grand raconteur d’histoires : une autre manière de dire qu’il est un grand mythomane. Auteur de romans tels que Or Not To Be, Kathleen, Sunk ou La Malédiction d’Old Haven, il a publié des nouvelles de fantasy (dont le Grand Prix de l’Imaginaire 2000, présent dans ce recueil) dans de nombreuses revues et anthologies, et leur réunion est l’occasion pour lui de tourner une page de son œuvre, en forme d’incendie fictif. À ces 14 nouvelles de merveilleux féerique et mythologique s’ajoutent des articles sur Venise, Tolkien, Grahame et Rackham, un entretien avec Richard Comballot, un fil conducteur ainsi que des photos et des documents inédits sur et de l’auteur. Préface de Claro, postface de David Calvo, témoignages de Catherine Dufour, Johan Heliot et Xavier Mauméjean.

Mon avis :
   Quel plaisir de découvrir ou redécouvrir le talent de nouvelliste de Fabrice Colin dans cet ouvrage ! Connu sans doute plus pour ses romans ( Or not to Be, La malédiction d'Old Haven, Cyber Pan, ... ) Fabrice Colin a pourtant multiplié, et cet ouvrage en est la preuve, les publications de nouvelles dans diverses thématiques, dans des genres variés, mais toujours avec son écriture si particulière. Si prenante. Lire ces nouvelles c'est se laisser emporter parfois par les larmes ou les sourires, accepter de rester perplexe, aussi, en attendant un dénouement. Découvrir un univers particulier et parfois loufoque. Lire ces textes, c'est se laisser happer par l'imaginaire foisonnant de l'auteur, qui semble ne rien laisser au hasard.

    Tour à tour amusants, poignants, abordant des thématiques variés, ce recueil est la démonstration du talent d'un auteur qui sait aussi bien manier sa plume pour le roman que les récits courts, et toujours avec brio.

    Et s'il faut encore ajouter une chose, c'est que le postulat de la mort de cet auteur et du sauvetage in extremis de ces nouvelles, les préfaces et postfaces d'inconnus qui n'en sont pas vraiment, ajoutent à l'intérêt de cet ouvrage. Ces nouvelles sont certes du passé, déja publiées pour certaines, mais elles n'appartiennent pas moins à cet auteur qui nous les lègue sous cette forme.

8/10 : un régal pour tout lecteur d'imaginaire !

Meor

Publié dans Critiques Fantasy

Commenter cet article